vendredi 20 mars 2009

Le modèle allemand en panne de recettes face à la crise

Être le premier exportateur de la planète -en ce qui concerne les produits manufacturés tout au moins- est une médaille qui a son revers. L'Allemagne est d'autant plus frappée par la crise actuelle que son économie est façonnée pour répondre à la demande extérieure. Lorsque celle-ci s'effondre le « modèle allemand » n'y peut pas grand chose. La République fédérale était redevenue performante ces deux dernières années, prenant la tête du peloton européen et voguant vers l'équilibre budgétaire en plus de celui de la balance commerciale.

lire la suite

jeudi 19 mars 2009

Violence en recul, alcoolisme en hausse chez les jeunes allemands

Contrairement aux idées reçues la violence chez les jeunes de 15 ans en Allemagne est en recul selon le rapport de 127 pages de l'Institut de recherche en criminologie de Basse-Saxe (Kfn), une étude réalisée auprès de 46100 adolescents, dans 61 zone représentatives de l'est et de l'ouest du pays. Mais le racisme s'enracine et l'alcool gagne du terrain. Pour Dirk Baier, sociologue au Kfn, les médias n'ont surtout que les aspects négatifs du rapport qui vient d'être publié, l'enracinement des idées racistes chez les 15 ans en tout premier lieu, 15 pages sur 127.

lire la suite

mercredi 18 mars 2009

Fermeture de Continental en France: Schaeffler étouffé par le rachat de Continental Allemagne

Herzogenaurach, 27000 habitants, un bourg paisible de Franconie. Les maisons anciennes aux poutres de bois peintes bordent les rues pavées de la vieille ville, à deux pas se dressent les usines bavaroises de la dynastie Schaeffler, l'exemple parfait de ces familles de l'industrie qui ont fait de l'Allemagne le premier exportateur mondial. « Qu'est-ce qui fait tourner le monde » interroge une pub' de la firme sur laquelle les trains et métros, les camions, les rotatives de la planète sont en pannes – même les Harley Davidson, roues bloquées, doivent être poussées par les motards. Schaeffler produit les roulements sans lesquels rien ne bouge. Le groupe emploierait environ 220000 salariés aujourd'hui, dont 80000 en Allemagne.

lire la suite

vendredi 13 mars 2009

L'Allemagne désemparée tente de comprendre la folie meurtrière de Tim, 17 ans.

« Dieu ou étais tu », interroge un panneau écrit d'une main maladroite déposé au milieu des bougies et des tapis de fleurs devant l'école. La question ronge toute l'Allemagne: qu'est ce ce qui a fait sombrer Tim Kretschmer, 17 ans, dans sa folie meurtrière? « Ce qui restera le pire des jours de ma vie », confiait une jeune écolière hier, les yeux mouillés.

Tim avait entamé une psychothérapie pour dépression il y a un an environ, avec l'accord de ses parents. Puis il avait interrompu son traitement et se serait renfermé sur lui. Pourtant, champion de tennis de table, il était loin d'être un perdant, et n'était « pas du tout replié sur lui même », assure son entraîneur. Une photo le montre triomphant sur le podium dés quatorze ans, la coupe à la main. L'un de ses voisins, 19 ans, le dépeint certes plongé dans les jeux de mort de son ordinateur. « Mais il n'y a jamais joué plus que moi ou mes amis, précise Stefan, un de ses anciens camarades de classe. » Linda, 17 ans, assure qu'elle aurait pu imaginer d'autres garçons de la classe en tueur fou, « mais pas lui. Il avait l'air si gentil ».

Tim s'entraînait à tour de bras avec ses armes airsoft à billes dans la cave de la maison familiale ou au club de tir que fréquentait son père. « Mais je n'aurais jamais cru qu'il tire pour tuer, assure son ami Martin.  Ou sur des oiseaux, pas sur des gens ». «Il cherchait une reconnaissance, à l'école il collectionnait les pires notes qui soient, insiste de son côté une élève de l'école qu'il fréquentait cette année. » Il se serait plaint d'être ridiculisé par les autres écoliers, brimé par une professeur. Autant d'affirmations contredites d'ailleurs par d'autres élèves ou professeurs, pour lesquels Tim était un élève normal.

« Nous ne comprenons pas ce qui s'est passé, et nous n'arriverons jamais à l'expliquer vraiment", soulignait déjà le président de la république Johanes Rau, en 2002, au lendemain de la tuerie d'Erfurt ou Robert Steinhauser, 19 ans, 17 morts. Tout fut inventorié. Mauvais résultats scolaires, éducation ratée, isolement social, intoxication d'Internet, jeux d'ordinateurs violents et films d'horreur, accès facile aux armes et aux munitions, constituaient autant d'explications possibles de sa folie meurtrière. La loi sur les armes a été durcie depuis. Les « dangers » des jeux d'ordinateurs violents, « Counter Strike » au premier plan, mis en exergue. La prévention nécessaire pour éviter ce genre de drame, en repérant son auteur potentiel avant qu'il ne dérape en lui portant secours a été priorisée. Renate Hahn, rectrice du collège de Winnenden souligne que le suivi psychologique des élèves fragilisés, en crise, n'a cessé d'y être renforcé ces dernières années, avant de conclure la gorge serrée: «parfois on se sent impuissants». Tim est passé au travers du filet.

Ce billet reprend un article publié dans la Tribune de Genève. Voir également ma revue de presse allemande

jeudi 12 mars 2009

Nouveau massacre dans une école, à Winnenden près de Stuttgart

Il est neuf heures trente du matin lorsque Tim K. 17 ans pénètre dans le collège Albertville, à Winnenden, 30000 habitants, à 20 kilomètres de Stuttgart. Il est habillé en tenue de combat noir, armé d'un pistolet Beretta. L'école qui comprend également un lycée est fréquentée par un millier d'élèves. Tim y a terminé ses études l'an dernier, et suit depuis une formation professionnelle. Il choisit une classe, fait irruption en plein cours, tire autour de lui, tue cinq élèves, sort pour recharger son arme. continue la carnage dans deux salles voisines tue quatre élèves et une professeur. Puis il prend la fuite à l'arrivée des premiers policiers qui ont été alertés à 9h33, et tue encore deux enseignantes avant de disparaître. Dans l'école c'est l'affolement. Les élèves ont entendu les coups de feu, les enseignants vident les salles, les flots d'élèves dévalent les escaliers, au milieu des cris d'angoisse. « Je pleurais, c'était terrible on ne savait pas vraiment ce qui se passait j'avais peur. Je pensais c'était fini pour nous », raconte une écolière.

lire la suite

lundi 9 mars 2009

Cologne a perdu la mémoire et une partie de l'Europe avec

Huit jours après le drame, les pompiers en sont toujours à déblayer la surface des décombres. Avant de songer récupérer les trésors enfouis depuis mardi sous les gravas des six étages de la maison des archives, il a fallu consolider le sol qui s'est dérobé, étayer les restes des batîments voisins qui menacent de s'effondrer à leur tour entraînant avec elles les murs des immeubles auxquels elles sont collées. Une gigantesque bâche a recouvert en partie les ruines. Mais la pluie a dû poursuivre déjà la destruction des archives sous les décombres. Celles des premiers étages du bâtiment qui ont du atterrir dans la fosse creusée au pied de l'immeuble pour la future ligne de métro, à l'origine de l'effondrement sans doute, vont être détruites par les eaux souterraines.

L'émission spéciale du 3 mars de la WDR sur l'effondrement de la maison des archives

>

lire la suite

lundi 2 mars 2009

Auschwitz, le prix de la mémoire

Soixante quatre ans après sa libération, Auschwitz-Birkenau, ses baraques en bois et ses fours crématoires, est rongé par le temps, l'humidité, les intempéries. Sur les 200 hectares du site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, l'administration du camp doit entretenir 155 bâtiments 300 ruines et des milliers de pièces d'exposition. Leur conservation est impérative. Car c'est l'ensemble qui donne au visiteur la dimension du crime: plus d'un millions de juifs furent exterminés dans les chambres à gaz.

lire la suite

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?