Fermeture de Continental en France: Schaeffler étouffé par le rachat de Continental Allemagne

Herzogenaurach, 27000 habitants, un bourg paisible de Franconie. Les maisons anciennes aux poutres de bois peintes bordent les rues pavées de la vieille ville, à deux pas se dressent les usines bavaroises de la dynastie Schaeffler, l'exemple parfait de ces familles de l'industrie qui ont fait de l'Allemagne le premier exportateur mondial. « Qu'est-ce qui fait tourner le monde » interroge une pub' de la firme sur laquelle les trains et métros, les camions, les rotatives de la planète sont en pannes – même les Harley Davidson, roues bloquées, doivent être poussées par les motards. Schaeffler produit les roulements sans lesquels rien ne bouge. Le groupe emploierait environ 220000 salariés aujourd'hui, dont 80000 en Allemagne.
Au fait de sa puissance cet été, Schaeffler a décidé d'avaler le fabricant de pneu Continental, trois fois plus gros que lui. présenté cet été comme le coup du siècle. Puis le rachat de « Conti » par la firme bavaroise a plongé la crise aidant les deux firmes dans le gouffre tandis que ressortaient les « tâches brunes » du passé nazi de Schaeffler AG

Maria Elizabeth Schaefler, 67 ans, blonde rutilante au foulard rouge de cachemire fétiche, la veuve de Georg l'un des frères fondateurs du groupe, est devenue l'image de la capitaliste à poigne, forçant les portes du conseil d'administration de Conti, qui lui était hostile. Planifié avec son fils Georg, 44 ans, et son éminence grise, Jürgen Geißinger le manager du groupe Schaeffler, le raid sur Continental était un coup de pocker, « menaçant à terme le groupe de pneumatique de démantèlement », s'insurgeait en juillet Hubertus Schmoldt président du syndicat de la chimie.
La direction de « Conti » rejetant l'offre de rachat, accusait le groupe bavarois d'avoir amassé avec des pratiques de pirates plus de 30% du capital de la firme, acquérant une minorité de contrôle. Un Monopoly appuyé par un consortium de banques dont la Deutsche Bank, la Dresdner Bank, la Commerz Bank, la banque suisse UBS. Pour emporter le morceau Schaeffler déposera le 15 juillet une offre de rachat de 11,2 milliards d'euros. Jürgen Geißinger assurait alors que son groupe n'avait aucune intention de revendre les activités de la firme de Hannovre et comptait l'intégrer tel quel, en sauvegardant les emplois.

A Herzogenaurach, c'était l'euphorie. La prise de contrôle de Conti par Schaeffler passait pour le coup du siècle, garantissant l'avenir de la ville et ouvrant de nouveaux horizons pour l'équipementier Schaeffler fait vivre Herzogenaurach. La municipalité du maire social démocrate German Hacker perçoit chaque année 20 millions d'euros d'impôts de la firme. Maria-Elizabeth Schaeffler est « la bienfaitrice ». On lui pardonne l'étalage de sa fortune et de ses manteaux de fourrures à la station de ski de Saint Moritz. Un spectacle qui a déclenché les foudres du ministre du travail social démocrate, Olaf Scholz, le 21 février dernier, alors que Maria Elizabeth Schaeffler réclamait l'aide de l'état pour sauver son groupe. « La faillite de Schaeffler aurait les mêmes résultats dans le monde de l'automobile que celle de Lehman Brothers dans le monde de la finance », selon elle. « L'état n'est pas là pour réparer les bévues des milliardaires en fourrures », rétorqua Scholz.

La crise a précipité les commandes, le chiffre d'affaire de Schaeffler, la valeur des actions de Conti, et la production des deux firmes dans le gouffre. Les 11,2 milliards d'emprunts contractés par Schaeffler par contre sont toujours là. Le groupe se retrouve avec plus de 20 milliards de dettes au total, paralysé par l'affrontement au sein du conseil d'administration de Continental. Le consortium bancaire qui a financé l'emprunt de Schaeffler pourrait se rembourser en devenant le propriétaire de la firme, décidant ainsi de l'avenir des deux entreprises. Le ministre-président bavarois Horst Seehofer attend quant à lui le plan de sauvegarde du groupe d'Herzogenaurach, pour envisager une aide publique éventuelle.

Au même moment les projecteurs de l'actualité sont venus éclairer les ombres du passé nazi de Schaeffler AG. Officiellement son histoire commence en 1946, mais la fortune des frères fondateurs, Wilhelm, Georg, Gregor, pris racine sous Hitler. Ils avaient racheté en 1940 en Allemagne la fabrique d'un entrepreneur juif qui avait fui, et s'étaient emparés de l'entreprise d'une famille juive, Davistan AG, à Kiertz en Pologne. Ils employèrent des travailleurs forcés, français, russes, polonais, juifs, selon l'historien Gregor Schölgen, sollicité récemment par la famille pour faire la lumière sur l'histoire du groupe et fabriquaient des armes qui « permettaient à la machine de guerre et d'extermination allemande de poursuivre ses activités ». Selon un chercheur d'Auschwitz, le Dr Jacek Lachendro, une part des ballots de cheveux de prisonniers portant des traces de Zyklon B exposés au musé auraient même été retrouvés à Kiertz dans la fabrique des Schaeffler qui trafiquaient avec le camp d'extermination. Des révélations que conteste Gregor Schölgen.

Ce billet reprend un article écrit pour la Croix le 9 septembre..

Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/BerlinBlog/tb.php?id=88

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?