Le bombardement de Kunduz poursuit le gouvernement allemand

L'offre du gouvernement allemand d'indemniser les victimes civiles du bombardement de Kunduz, est sans précédent. Le 4 septembre l'officier Georg Klein, commandant les troupes de la Bundeswehr de la région, faisait bombarder deux camions citernes volés par les Talibans à l'Otan. Alors que des habitants du village voisin étaient en train de s'y ravitailler en essence.
Dans un fax adressé lundi à l'avocat des victimes, Karim Popal, le porte parole du ministère de la défense, Christian Dienst, lui propose d'entamer un processus d'indemnisation à l'amiable, pour éviter dix ans de tracas judiciaire. Le ministère de la défense précise cependant qu': « il ne s'agit en aucun cas de la reconnaissance d'une obligation, d'un droit». Un geste « positif » de toute façon, selon l'avocat qui estime cependant qu'il faudra garantir une vie décente aux blessés et aux familles de ceux qui ont été tués. « Il ne s'agit pas de leur donner 1000 ou 2000 euros ».
Le gouvernement Afghan aurait déjà versé 1000 à 2000 dollars aux familles des victimes, soit de quoi vivre environ pendant une dizaine de mois. dans un autre contexte, la Bundeswehr a par ailleurs dédommagé de son côté des familles de victimes de ses soldats, qui ne s'étaient pas arrêtées à temps aux contrôles. Une somme de 13500 euros a été versée pour le décès d'une mère et de ses deux enfants.
Mais ces dédommagements individuels ne sont pas assimilables à l'offre de dédommagement de plusieurs dizaines de victimes de bombardement.
Afghan d'origine, Karim Popal est arrivé en Allemagne en 1979. Établi à Brème, allemand aujourd'hui, il s'est rendu plusieurs fois sur place à Kunduz pour faire l'inventaire complet du drame.



Il y aurait eu, selon lui, 179 victimes civiles, dont 20 blessés, 22 disparus et 137 morts. 5 Talibans auraient été abattus. Les bilans officiels faisaient en général des Talibans les principales victimes du raid – le bilan de l'Otan envisage lui jusqu'à 142 morts. Selon les estimations de l'avocat de Brème 163 enfants seraient aujourd'hui orphelins, 91 femmes auraient perdu leur mari, et sont aujourd'hui dans une situation qui les laisse pour beaucoup sans ressources.
Après avoir constitué ses dossiers, l'avocat s'était adressé en novembre au ministère de la défense. La réponse s'est faite attendre, le passage de l'avocat sur la 1ére chaine de télévision Ard, les menaces de victimes de porter plainte devant la cour internationale de la Hague, l'ont probablement accélérée. L'affaire de Kunduz a par ailleurs fait ses premières victimes politiques à Berlin, après la publication par le quotidien Bild de documents restés dissimulés au ministère de la défense depuis le drame, qui infirment la version officielle du bombardement. voir mon billet à ce propos
Le chef d'état major de la Bundeswehr, le général Wolfgang Schneiderhan devait démissionner. Karl Josef Jung (CDU), ministre de la défense en poste au moment du bombardement, ministre du travail du gouvernement actuel, de même. Une commission d'enquête parlementaire a été constituée, qui risque d'impliquer jusqu'à la chancelière. Le ministre démocrate chrétien de la défense, Karl Theodor zu Guttenberg (CSU), a reconnu devant le Bundestag que le bombardement avait été une erreur contre-disant ses déclarations précédentes, tout en soutenant l'officier qui l'aurait ordonné, « pour protéger ses hommes ». Il est aujourd'hui la première cible des critiques que ses explications n'ont toujours pas convaincu.
Selon l'hebdomadaire Stern un rapport de la croix-rouge dont zu Guttenberg aurait eu connaissance dés le 6 novembre soulignait déjà que le bombardement de Kunduz n'avait pas respecté les conventions internationales, enfreignait les droits des peuples. Le ministre affirmait pourtant alors que le raid était justifié militairement.
L'officier Klein qui commanda le bombardement avec un de ses collègues sous le nom de code de « red baron » -pseudonyme d'un as de l'aviation allemande de la première guerre mondiale, « héros » d'un jeu d'ordinateur de combat aérien aujourd'hui - refusa à cinq reprises les « piqués d'intimidation » proposées par les aviateurs US pour faire fuir les civils. Il prétendra que les camions citernes constituaient un «danger immédiat » pour ses troupes et aurait réclamé l'usage de 6 projectiles pour les anéantir, les pilotes refuseront et utiliseront « seulement » deux bombes. Il affirmera ensuite avoir craint de voir les Talibans utiliser les camions dans un attentat suicide contre le camp de la Bundeswehr, à 6 kilomètres de là. Une hypothèse peu plausible.
Selon les témoignages que l'avocat Karim Popal a recueilli sur place, les villageois venus en masse se ravitailler en essence sur les camions citernes avaient évidemment vu les avions. Ceux-ci semblaient être simplement en reconnaissance. Ils ne pratiquèrent aucun tir d'avertissement, aucun piqué sur les cibles avant une heure du matin (les camions avaient été détournés vers vingt heures). Le gros des villageois avait donc conclu qu'ils avaient reconnus la présence quasi-exclusive de civils sur le terrain et s'étaient éloignés après leur ravitaillement. Avant que l'officier allemand ne déclenche le bombardement fatal.

Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/BerlinBlog/tb.php?id=143

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?