La CDU n'aura pas régné plus de cinq ans dans le "fief" de la social-démocratie

mis à jour à 9h.
Pâle, Jürgen Rüttgers, ministre-président démocrate chrétien de Rhénanie du nord Westphalie (NRW), encaissait difficilement sa défaite hier soir. Avec 34,3% des suffrages selon les projections à vingt heures, la CDU chute de 10 points sur son score de 2005. Une vrai débâcle! Ses allié libéraux ne bougent guère avec un résultat de 6,7% des voix. Pas de quoi faire un majorité. Le gouvernement du Land de NRW est donc remercié,après cinq ans d'exercice.
Rüttgers a fait les frais d'une suite de mini-scandales locaux qui ont entamé son image en NRW. Son opposition à la réforme scolaire que proposent les verts et le SPD pour mettre fin à la sélection précoce des élèves dés le primaire, a également joué un rôle décisif dans le choix des électeurs du Land. Selon une étude du comportement de l'électorat, les enjeux régionaux seraient restés déterminants dans leurs choix, ce dimanche.
Mais les querelles permanentes affichées entre les libéraux et les démocrates chrétiens au sein du gouvernement d'Angela Merkel à Berlin n'ont pas contribué non plus à la mobilisation des électeurs de la CDU.
Le coup fatal a été sans doute la décision d'Angela Merkel de faire voter 22,4 milliards d'euros d'aide à la Grèce en urgence vendredi,au Bundestag, à la veille du scrutin, après avoir tenté de noyer le poisson pendant des semaines, pour éviter de prendre position sur cette question brûlante avant le vote du 9 mai!
Au final la défaite marque d'autant plus Rüttgers qu'il était apparu il y a cinq ans comme l'homme de l'avenir, parvenant enfin à déloger la social démocratie rhénane du pouvoir après 40 ans de règne -depuis 1966.

Sa victoire semblait donner le coup de grâce au gouvernement rouge-vert de Gerhard Schröder à Berlin, et marquer la fin d'une époque. L'alliance des sociaux démocrates et des écologistes faisait figure de modèle dépassé. Une nouvelle ère semblait s'être ouverte pour les démocrates chrétiens et les libéraux, de la Rhénanie du nord à Berlin, à la chancellerie. Le coup était si dur, que l'ex chancelier Schröder décida au lendemain de la défaite de demander au président de la République de dissoudre le Bundestag, afin de convoquer des élections anticipées -Joschka Fischer, leader des verts et ministre des affaires étrangères de Schröder, regrettera que le chancelier n'ait pas voulu aller normalement jusqu'à l'échéance de son mandat. Estimant qu'il en aurait tiré les fruits, un an plus tard. Ses mesures sociales contestées ayant eu leurs effets, selon lui, sur la diminution du chômage

Mais Schröder estimait impossible de continuer à gouverner à Berlin, après avoir reçu une telle claque en NRW. Il jugeait indispensable de nouvelles élections fédérales, pour reconquérir la légitimité politique indispensable à la mise en oeuvre de sa politique de réformes « sociales » -la réduction de l'indemnisation du chômage notamment.
Il fut battu par Angela Merkel. De peu.
Il est probable que la chancelière ne fera pas la même démarche que lui et restera à son poste Mais la défaite de Rüttgers est d'autant plus significative qu'elle a lieu dans ce décors de tournant raté pour les démocrates chrétiens, dans l'histoire du premier Land allemand.
Cinq ans plus tard, déjouant les conclusions « définitives » voilà la coalition rouge-verte -le modèle supposé dépassé - de retour. Même si les deux partis ne peuvent constituer une majorité à eux seuls -il manquerait un siège de député-, ils devancent avec 46,6% des suffrages la coalition de Rüttgers, qui rassemble seulement 41,3% des voix.
C'est la CDU cette fois -et les libéraux- qui paraissent dépassés. Ils n'auront tenu le Land de NRW que cinq ans seulement. Après six mois de gouvernement à Berlin, le gouvernement Merkel enregistre sa première défaite. La chancelière va certainement en sentir les effets au sein de son propre parti. Sa « stratégie » de ces derniers mois, face à la crise de l'euro notamment, est déjà mise en cause. Roland Koch, ministre président démocrate chrétien conservateur en Hesse, n'a pas hésité à dire tout le mal qu'il pensait de ses hésitations -par temps de crise, le temps perdu c'est de l'argent qui flambe.
On évoque son nom pour remplacer Wolfgang Schäuble, le ministre des finances actuels d'Angela Merkel, malade -il a été hospitalisé d'urgence hier soir à Bruxelles alors qu'il assistait à la réunion des ministres des finances européens. A l'opposé deRroland Koch, Jürgen Rüttgers lui est un porte parole de l'aile sociale de la CDU.
Certains mauvais esprits dans son propre camps, commentaient d'ailleurs sa défaite hier soir en soulignant qu'il avait voulu se donner un profil plus SPD que le SPD lui même. « Ajoutez à cela la politique multi-culturelle mise en oeuvre par son ministre de l'intégration Armin Lachert, poursuivait-on. Une telle stratégie ne permet pas de re-mobiliser l'ensemble de l'électorat de la CDU" et décourage notamment son aile la plus conservatrice. La défaite de Rüttgers met probablement sa carrière politique entre parenthèse, comme son rôle de contestataire de la politique libérale d'Angela Merkel au sein de la démocratie chrétienne. La chancelière, quant à elle a totalement perdu son pari d'il y a trois mois: conserver la Land de Rhénanie du nord Westphalie. Elle avait déjà perdu sa stature de miss Europa dans l'Union européenne ces dernières semaines, avec l'affaire de la crise grecque, la voilà ébranlée directement sur la plan de sa politique à Berlin.

Voir mon billet Merkel et la Grèce, pocker gagnant ou perdant?

Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/BerlinBlog/tb.php?id=160

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?