Merkel s'affronte à son ministre de l'industrie pour sauver Opel

Opel la filiale allemande du groupe General motors et l'avenir de ses salariés ont repris la première place de l'actualité hier, après le refus du ministre de l'économie Rainer Brüderle de l'octroi d'un crédit garanti par l'état d'1,1 milliards d'euros, pour la restructuration du groupe en Europe. GM prévoit de réduire de 20% ses activités supprimant 8000 emplois sur les 50 000 environ, concentrés pour moitié en Allemagne, à Rüsselsheim en Hesse (15 600), à Bochum au centre de la Ruhr (5170), dans le Rheinland Pfalz (3300) et à Eisenach (1800), dans l'ex RDA.
Prenant le contre-pied de son ministre, Angela Merkel a étalé une fois de plus les divisons qui minent sa coalition, en tenant hier après midi à Berlin une réunion d'urgence avec les ministre président des Länder ou sont situées les usines d'Opel. « Je ferais tout mon possible pour que les salariés du groupe qui se sont investis pour le sauvetage d'Opel, reçoivent l'aide et le soutien dont nous disposons et qu'ils sont en droit d'attendre.
Les « Opelaner », et le syndicat de la métallurgie du groupe ont en effet approuvé récemment des concessions salariales qui permettront au constructeur d'économiser 265 millions d'euros par an d'ici à 2014.
A Rüsselsheim le site mère du groupe, la décision de Brüderle a déclenché aussitôt les foudres de Klaus Franz, le chef du comité d'entreprise d'Opel : « le ministre de l'industrie nous laisse tomber au plein milieu de la tempête et va à l'encontre de l'intérêt des sites allemands en toute bonne conscience »!
Son choix ne surprend pas cependant. La décision n'a pas été facile à prendre, assure Brüderle, mais « l'état n'est pas le meilleur entrepreneur ». Les libéraux sont hostiles depuis toujours à l'octroi d'une aide publique à Opel.
Ce serait «enfreindre les lois et les règles de la concurrence dans la branche automobile ». Les plans de restructuration et l'avenir même du constructeur seraient par ailleurs aléatoires face aux surcapacités du marché de l'automobile. Opel n'a pas obtenu des banques le crédit qui réponde à ses attentes. Pas question de « soutenir » un canard boiteux!
La somme demandée semble pourtant peu de choses à côté des 400 milliards de crédits sous caution publique, offerts depuis 2008 aux banques et établissements financiers afin de faire face à la crise, ou à côté des 160 milliards environ, affectés depuis peu à la « stabilisation de l'Euro. »
Mais la demande d'Opel adressée au « fond» spécial de 115 milliards, destiné aux entreprises industrielles frappée par la crise, ne serait pas recevable selon le ministère de l'industrie.
Les difficultés du groupe qui a vu sa part de marché fondre en Allemagne ces dernières décennies, remontent à bien avant la crise financière! GM la maison mère d'Opel a par ailleurs réalisé 900 millions de bénéfices au premier trimestre de l'année.
Passant par dessus son ministre de l'industrie libéral, Angela Merkel compte donc sur l'appui du ministre des finances, le démocrate-chrétien Schäuble. La banque d'investissement européenne pourrait éventuellement accorder à Opel un crédit cautionné à parité par l'état fédéral et les Länder concernés. Mais le ministre de l'industrie maintient son veto et risque d'interdire ces solutions sur le plan juridique.

Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/BerlinBlog/tb.php?id=166

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?