L'Euro, Merkel et le "péché"

Lecteur habituel des pages du Monde au "Gottlob", mon café-refuge des revues de presse à Berlin, j'ai lu avec intérêt l'article d'Alain Frachon sur Merkel « Et Dieu dans la crise de l'Euro »...!
« Fille de pasteur, Angela Merkel a le sens du péché, comme beaucoup de ses compatriotes, écrit-il. Il y a une manière allemande de parler de l'euro qui fleure bon l'influence du Temple ». On verrait ainsi dans la politique de la chancelière « ce soupçon de volonté de punir, et, en creux des prescriptions de la politique économique, la dialectique du péché et de son expiation».
Tout d'abord on ne parle pas en Allemagne des temples des protestants, mais des églises, catholiques ou « évangéliques ». Les protestants étant aussi nombreux que les catholiques ne se définissent plus en « protestants » contre Rome, mais en se référant à l'évangile -une particularité allemande méconnue ou inconnue en France. S'il est souvent difficile de différencier une église évangélique d'une église catholique -de l'extérieur au moins -, le sens du péché » de Merkel en tant que protestante n'est pas le même que celui de ses compatriotes catholiques.
C'est l'une des origines du schisme de Luther.
Pour les protestants la grâce divine est infinie, et le Christ ayant souffert pour la rémission de tous les péchés du monde l'absolution de la faute ne dépend pas des pénitences imposées par l'église des hommes -ou de l'achat d'indulgences à l'époque de Luther. Le fautif qui se confesse sincèrement -auprès d'un simple croyant éventuellement- est pardonné sans condition. Les protestants se refusent à « gérer » les fautes du pécheur à la place de dieu, à l'inverse de ce qu'écrit Alain Frachon, « la sanction est là pour dissuader. Elle doit être lourde pour enlever au pécheur l'envie de recommencer». Plutôt que protestante, c'est là une vision catholique traditionnelle de la dialectique du péché.
Accueillant le pape à Berlin, le président de la république, Christian Wulff, catholique, lui demanda ainsi dans son allocution de bienvenue d'alléger la peine infligée aux divorcés-remariés -comme lui- qui n'ont pas accès à l'eucharistie. C'est la sanction de la rupture du sacrement du mariage - imaginez au passage Nicolas Sarkozy posant une telle question à Benoît XVI !
Angela Merkel, divorcé-remariée elle aussi, n'a pas ce problème. L'église protestante laisse communier ceux qui le désirent et le pasteur ne s'autorise pas à décider qui a accès à la sainte-cène ou pas. Les protestants y invitent de fait les catholiques dans le cas du président de la république qui ne peuvent pas communier dans leur église. C'est la concurrence oecuménique en quelque sorte. Le mariage par ailleurs n'est pas un sacrement pour l'église protestante.
On peut donc être protestante comme Angela Merkel, et ne considérer en rien les fautes des pays endettés comme un péché qui mérite sanction.
Katrin Göring Eckardt, présidente du Bundestag pour le parti vert, protestante et originaire de l'est elle aussi, critique ainsi sans égard la politique de la chancelière vis à vis des pays endettés, jusqu'à son rejet des eurobonds y compris. Elle est aussi Présidente du synode de l'église évangélique allemande, l'instance supérieure des églises protestantes, et partage donc le « sens du péché » d'Angela Merkel.
Mais on pourrait poursuivre les exemples. Winnfried Kretschmann, premier ministre président verts allemand à Stuttgart, ou Wolfgang Thierse, vice président du Bundestag pour le SPD, tous les deux membres du comité central des catholiques allemands (ZDK), critiquent l'un comme l'autre la politique de la chancelière à l'égard de la crise de la dette. Le SPD ou l'influence protestante est notable est favorable à la création des eurobonds à la mutualisation de la dette -sous certaines conditions strictes il est vrai.
La religion et le « sens du péché »,partagé par ses compatriotes, n' éclairent donc pas la politique de Merkel.
Ceci n'enlève en rien à l'Allemagne sa particularité de n'avoir jamais rompu le lien entre le religieux et le politique, comme nous l'avons fait avec la laïcité à la française...Une différence fondamentale entre nos deux pays, et difficile à comprendre d'un côté du Rhin comme de l'autre.
Mais la politique de la chancelière en ce qui concerne la crise de la dette tient avant tout à son interprétation -et celle de ses conseillers- de cette autre « particularité allemande » qu'est la théorie économique officielle de l"Ordnungspolitik" -partagée par Jens Weidmann, le président de la Bundesbank qui a fait une part de ses études en France.
Cette version allemande du libéralisme, hostile au « laissez-faire », fait notamment des juges, du tribunal, l'instance morale qui doit punir ceux qui mettent en cause le cadre des lois imposées par l'état et par le marché. La sanction punit les coupables. D'ou la revendication de transformer la cour européenne en juge suprême des manquements au respect du « frein à la dette » et autres critères de l'euro. C'est une tradition très allemande d'avoir recours à la sagesse des juges, en toute occasion, y compris pour leur faire juger le politique et/ou l'économique.

Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/BerlinBlog/tb.php?id=277

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Si votre navigateur est compatible, vous pouvez vous aider de la barre d'outils placée au-dessus de la zone de saisie pour enrichir vos commentaires.

michel-verrier.com
prix franco-allemand du journalisme 2011, catégorie internet.

Spectacles, musiques, loisirs à Berlin

Tout ce qu'il faut savoir dans:

*Tip Berlin
*Zitty on line



Bloc Note


Histoires
en photos

Le pont Admiral, "Admiralbrücke", à Berlin Kreuzberg, le pied pour les piétons, les fleinards, la musique, les rencontres

Une super 2 cv découverte à Hambourg -la DS 19 a aussi ses adeptes, et la Renault R4 fut également une voiture-culte en 68 face à la Coccinelle, raconte die Zeit

L'ours, symbole de Berlin, vu par les sculpteurs de la planète, exposition sur les trottoirs de la ville

Einstein, un ours du souvenir, "on ne peut pas faire la paix par la force mais par la négociation".

Campagne électorale à Berlin Kreuzberg,
décolleté de Vera Lengsfeld (CDU) avec Angela: "nous avons plus à vous offrir"

Cliché moins connu: Halina Wawziniak, "die Linke", réplique qu"elle a c'qu'il faut dans le pantalon pour siéger au Bundestag"

Médecins et étudiants en colère devant la porte de Brandenbourg

Vestige du mur le long de l'exposition "Topographie des Terrors"

Le baiser "fraternel" Honnecker-Brejnev de Dimitri Vrubel re-peint sur les restes du mur de berlin

Bateau(petit) à Hambourg

Potsdam, "sans-souci", le palais du jardin de Frederic le grand ou Voltaire pris pension.

Le parc du château

L'homme sur l'eau (statue), Hambourg

Un "Beluga" avale un fuselage Airbus à Hambourg, pour l'emmener à Toulouse.

Manifestants anti-nucléaire sur les chars russes du monument du souvenir. Berlin 2009

Sortie du quart d'après midi, Volkswagen Wolfsburg.

Carrelage

Jardin à Remlingen, à deux pas du site de stockage des déchets nucléaires d'Asse II

Gendarmermarktplatz, Berlin, la plus belle place

Mur reconstitué et (fausses) croix pour ses victimes, checkpoint charlie






Par Michel Verrier journaliste à Berlin
en savoir plus

Les bons billets
à lire:

Berlin-Prenzlauer-Berg 2010, un premier mai anti-nazi (en photos) hué par les habitants du quartier,
le défilé des néos-nazis n'a pas pu finir son parcours
.


der, die, das, la journal, le voiture, la soleil et le lune.
Petites réflexions sur les traductions impossibles



Existe-t-il un racisme anti-allemand dans les collèges ou les jeunes immigrés sont la majorité?
Un "choc des cultures" contesté.



Hambourg, l'éclairant échec d'une réforme scolaire. La majorité des parents cautionne la "sélection précoce" des écoliers


L'Euro, comment Merkel est prise entre deux feux.
Les orthodoxes lui reprochent ses compromis à Bruxelles, les européens convaincus ses diktats


Lidl, salaire minimum et société à deux vitesses.
Précarité, dumping salarial, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.


Stuttgart en révolte contre la "gare du 21 ème siècle".
Une mobilisation qui a coûté à la CDU un Land qu'elle gouvernait depuis 58 ans.


Les morts de Duisbourg ont tué la "Love Parade".
Née à Berlin avec la chute du mur elle avait redonné à l'Allemagne l'image de la jeunesse


Oskar Lafontaine, politique et religion en Allemagne.
Les super-marchés ne peuvent pas remplacer les églises.


L'Allemagne n'attire plus les immigrés.
Des jeunes turcs nés en Allemagne retournent "au pays".


Thilo Sarrazin est-il un imposteur?
Une équipe d'universitaires démonte son usage des statistiques



"L'Allemagne se liquide elle même", selon Thilo Sarrazin, record des ventes en librairie
Le livre-choc critique le poids de l'immigration



La CDU n'aura pas gouverné la Rhénanie du nord plus de cinq ans.
Elle l'avait conquise en 2005 au SPD



Le bombardement de Kunduz par la Bundeswehr en Afghanistan, poursuit le gouvernement.
Propositions d'indemnisation des victimes


Berlin les ours, les oursons, les sangliers, les Guerilla gardener.
Et les lapins dans les coins verts


Les infiltrations minent le site de stockage nucléaire d'Asse.
La mine de sel modèle est un désastre.


Les juges favorables à la notation des prof's par les élèves.
En défense du droit à la liberté d'expression



BMW et la Bavières espèrent sortir renforcés de la crise.
Après une année de creux dans les commandes.


Berlin ,les cafés fumeurs contre l'interdiction de fumer.
Comment tourner la loi anti-tabac!


Winnenden, rien ne sera plus comme avant.
Tim K. a tué neuf élèves, 3 professeurs, dans son collège


Porsche, VW, bras de fer familial.
VW rachète Porsche qui voulait acheter VW.


Les déserteurs du III Reich réhabilités.
Il a fallu 65 ans pour briser le tabou


Margot Käßman, présidente de l'église protestante.
Une femme pour la première fois à la tête de l'église réformée


L'Élysée se prend les pieds dans l'hymne allemand.
Et le confond avec le "Deutschland über alles" des nazis


retraite paisible à Stuttgart pour Martin Sandberger, criminel nazi.
Condamné à mort à Nüremberg, ses relations familiales faciliteront sa libération


Anne Frank retrouve sa famille.
Un livre écrit par son cousin Buddy Elias fait revivre sa jeunesse au milieu des siens


La politique familiale ne décolle pas.
Peut-elle donner l'envie de faire des enfants?