La coalition gouvernementale entend légaliser et contrôler la distribution du cannabis à usage individuel dans des magasins sous licence. Ce qui permettrait de contrôler sa qualité sa composition, et de faciliter la protection des jeunes.


Mais d’après le quotidien Berliner Zeitung, tant les libéraux du FDP que les sociaux démocrates d’Olaf Scholz ne sont pas pressés d’appliquer cette promesse. Au sein de la coalition « Ampel », SPD, Verts, FDP on ne s’attend pas son adoption prochaine. « La priorité c’est le combat contre la pandémie », souligne le responsable de la politique de santé du FDP Andrew Ullmann . « Ce n’est pas le bon moment actuellement pour un projet de loi sur le cannabis », renchérit Sebastian Fiedler, spécialiste de politique intérieure au SPD.

Au sein du Bundesrat, la deuxième chambre du parlement représentant les Länder, la réistance s’annonce déjà sérieuse. « C’est la mauvaise solution », assène le ministre de l’intérieur du Bad Würtemberg, Thomas Strobl, démocrate chrétien. Elle n’allégera en rien, selon lui, le travail des policiers qui interviendront toujours pour la protection des enfants et des jeunes. La police devra toujours contrôler toutes les drogues qui entrent en Allemagne et ne pourra pas exclure certaines substances à l’avance.

cannabis.jpeg
cannabis.déc. 2021

Le cannabis devrait d’abord être vendu dans les pharmacies et la publicité pour ce produit sera très limitée, estime-t-on au FDP. Son prix est encore une question à résoudre reconnaît le SPD. Les trafiquants, selon Sebastian Fiedler, utiliseront trois moyens pour garder l’initiative : des prix modérés, un accès facile, et des produits concentrés, selon lui. De ce fait le contrôle de la délivrance de cannabis exigera toujours que la police intervienne contre le marché illégal.

Sa légalisation déclenchera sans nul doute des débats acharnés, tant au Bundestag que dans la société civile. Il est évident que les trafiquants de drogue et les dealers n'assisteront pas attentistes à sa mise en oeuvre.

Il sera également très intéressant de voir les réactions face à cette mesure, en France. Là ou le débat sur la légalisation ou pas du cannabis est toujours d'actualité, entre autres parce que son interdiction et la répression qui va avec laissent entier le problème de sa consommation et du traffic qu'elle implique.

Les partisans de la légalisation en France se heurtent pour l'instant à un mur du côté gouvernemental comme d'une part majoritaire de l'opposition. Le dernier décret du gouvernement publié le 30 décembre vient même d'interdire aux magasins de CBD la vente de feuilles ou fleurs de cette molécule non psychotrope du cannabis. Considérées comme apaisantes, elles  peuvent être fumées ou consommées en infusion.

Un produit dont la cours de justice européenne a pourtant rejeté l'interdiction, pronant sa libre circulation au sein de l'UE, estimant qu'il ne peut être considéré comme un stupéfiant ou un médicament.