mercredi 31 décembre 2008

Une tonne de feu d'artifice | Bach, la musique et la touche protestante | Freddie Hubard, une trompette à réchauffer l'hiver

Ce soir un million de personnes sont attendues sur l'avenue du 17 juin, face à la porte de Brandenbourg, pour fêter l'année 2009. Une tonne d'artifices pour le feu après minuit -et combien de tonnes de pétards, la manie allemande de la nuit du premier de l'an. Le ½ litre de Bière sera à 3,50 euros et le verre de Sekt (1 dcl) à 3 euros, signale le Tagesspiegel. Bonne fête, donc. Bonne année 2009, ma revue de presse va rester en roue libre jusqu'à ce dimanche, et je termine l'année 2008 avec deux papiers en musique pour changer d'actualité.

Johan Sebastian Bach aurait il écrit la musique autrement s'il avait été catholique au lieu d'être protestant? C'est une question « très intéressante », pour Hélène Grimaud, interviewée dans le Frankfurter Rundschau, à propos de la sortie de son dernier enregistrement. Des oeuvres de Bach justement. Et la réponse est très difficile estime la pianiste. On dirait plutôt spontanément qu'il n'aurait pas composé autrement. En fait il aurait fait une musique différente, s'il avait été catholique -Bach a été pendant plus de deux décennies le chef des choeurs et de la musique des églises de Leipzig. On ne peut pas faire abstraction de l'origine et des croyances d'un créateur, résume-t-elle. Elles l'imprègnent. Avant d'expliquer qu'elle même, dont les parents étaient d'origine juive et catholique est d'éducation totalement laïque. La religion n'ayant eu aucune influence sur ses valeurs morales, éthiques. La pianiste retourne ensuite la question à l'adresse de l'interwiewer. Celui-ci signale qu'il est lui d'origine catholique, non-pratiquant. Il assure que la musique d'un Bach catholique aurait été tout autre, selon lui, en effet. Prenez Beethoven précise-t-il, on entend le catholique à chaque mesure. Un protestant ne s'exprimerait pas si abruptement. Beethoven discute les choses, Bach les laisse couler. Il dit en quelque sorte: voilà c'est mon idée de la vie, mon sentiment, disposez en comme bon vous semble. « C'est peut être là la différence entre compositeur catholique et protestant. » Quoiqu'on en pense, ce sont là des réflexions intéressantes.
Hélène Grimaud au piano...


Hélène Grimaud donne de son côté un coup de chapeau à Glenn Gould, ce pianiste-compositeur canadien qui révolutionna la manière de jouer Bach. Avec « une énergie vitale, quelque chose d'animal, de grognon, un souffle humain », sans pareil. Elle rend hommage au « courage », du pianiste qui l'a délivrée de tout les dogmes, de tous les clichés éculés que trimballe Bach, le « commencement de la musique », une « bible à lui seul ». Tout ce qui avait stérilisé l'oeuvre du compositeur de Leipzig. Ce silence, cette lumière, ce secret, cette façon de joindre l'humain et l'éternel.
Glenn Gould joue Bach.


Le quotidien de Hambourg, le Hamburger Abendblatt, dédie lui un article qui fait chaud au coeur à Freddie Hubbard, trompettiste, qui vient de mourir. "Il avait un son, un style sans pareil, un peu de la grandeur laconique de Miles Davis et du tempérament débordant et aiguisé comme un rasoir de Clifford Brown, liés à la joie de vivre de Louis Armstrong, et à la folie de Dizzy Gillespie." Freddie Hubbard joua avec tous les géants du jazz, Eric Dolphy, Coltrane, Sonny Rollins, Ornette Coleman. C'était un des grands de cette « musique classique » de l'autre côté de l'Atlantique qu'est le jazz. Un critique disait de l'album « Ascension » qu'il enregistra avec Coleman que c'était: "une musique capable de chauffer les appartements en hiver". C'est le moment.
Night in Tunisia (1992), avec Freddie Hubard

lundi 29 décembre 2008

Gaza: Angela Merkel en plein accord avec Ehoud Olmert, ne fait pas l'unanimité.

Pour la chancelière il n'y a aucun doute: le Hamas est totalement et exclusivement responsable de l'escalade de la violence dans la bande de Gaza, dont les images chocs font la une de la presse de ce lundi. Au cours d'une conversation téléphonique avec le premier ministre Ehoud Olmert, dimanche soir, Angela Merkel s'est affirmée en plein accord avec lui sur cette question, assure le porte parole de la chancellerie, Thomas Steg, selon le Süddeutsche Zeitung. La chancelière insiste pour que l'on n'inverse pas les responsabilités, et les effets du drame. C'est le Hamas qui doit cesser immédiatement de viser les villes israéliennes avec ses missiles. Israël ne fait qu'exercer son droit de se défendre. Et l'état juif fait tout ce qui est possible pour éviter de toucher des civils lors des bombardements de ses avions et hélicoptères, selon le « vice porte-parole de la chancellerie ». La seule solution au conflit reste politique et passe par la création de deux états. Il n'existe sur ce point aucune alternative selon la chancelière, qui estime que l'intervention d'une force de paix internationale ne permettrait en rien de pacifier la région et de tempérer le conflit. Une analyse que ne partagent pas nombre de titres. C'est "une victoire à la Pyrrhus", souligne Stern.  Une offensive comme les gens de Gaza n'en avaient pas vécues depuis 1967. Sanglante, brutale, opiniâtre. Et pourtant l'offensive militaire d'Israël n'a aucune chance de succès estime l'hebdomadaire. Il ne fera que renforcer les haines. Pour les esprits modérés des deux côtés tout deviendra encore plus difficile. Un point de vue que partage le quotidien berlinois Tageszeitung, qui souligne l'éclatement du monde arabe face à l'offensive israélienne. Ce dont Israël aurait tord de se réjouir. Car l'absurde est bien que ses interventions qui devraient renforcer le camps des négociateurs, renforcent au contraire celui des résistances. Entendons nous précise Stern, chaque pays a le droit de se défendre contre les attaques. De ce point de vue il ne fait aucun doute qu'Israël doit faire face aux tirs de missiles incessants du Hamas. Mais la riposte doit être sensée, militairement et politiquement. Et l'opération « plomb endurci » ne l'est aucunement. Elle n'est que la poursuite d'une stratégie de l'échec identique depuis des décennies, sur le principe de l'ancien testament: « oeil pour oeil, dent pour dent ». Le quotidien die Welt souligne de son côté que même Mahmoud Abbas, le président palestinien souligne la responsabilité du Hamas dans le conflit. Israël a cessé l'occupation de la bande de Gaza en 2005. Le Hamas n'aurait donc plus droit à la résistance dont il se revendique. D'autant qu'il utilise des formes de combats qui n'ont rien à voir avec l'exercice des « droits des peuples ». Pour se défendre, Israël a le droit d'utiliser tout les moyens qu'il juge nécessaire pour mettre fin aux menaces dont il est victime. Tirant les leçons de la défaite médiatique enregistrée au Liban, en dépit de sa victoire militaire, Israël veut ré-instaurer pleinement sa force de dissuasion, d'intimidation. Les Israélites n'en doivent pas moins penser à la suite, conclu tout de même le quotidien. Que faire après l'offensive. La bataille paraît cette fois mieux préparée que celle de l'été 2006 au Liban, il faut espérer qu'il y ait également une bonne « stratégie de sortie » du conflit.

vendredi 26 décembre 2008

Les soupes populaires inquiètent les églises | L'Allemagne attaque l'Italie à la Hague | Lafontaine renvoie la balle à Müntefering |

Assistance, soupes populaires, responsabilité de l'état, et craintes des églises. Le mouvement catholique de solidarité Caritas s'inquiète de ce que le développement des soupe populaires, des aides d'urgence, et du secours au personne démunies ne finisse par décharger l'état et les politiques de leurs propres responsabilités. Le président du mouvement de solidarité de l'église protestante, s'inquiète lui aussi de la croissance exponentielle du mouvement des soupes populaires (Tafelbewegung), rapporte le Tagesspiegel. Il est actuellement soutenu par 35000 personnes environ, regroupe 800 « tables » aujourd'hui, et a été fondé à l'origine à Berlin en 1993, en prenant exemple sur les USA. I/4 des « soupes populaires » actuelles sont sous la responsabilité des églises. Il est très positif évidemment que tant de personnes et d'entrepreneurs se soucient ainsi de porter secours à ceux qui sont dans le besoins, soulignent les deux églises. Mais le danger croit également de voir en même temps fondre les responsabilités de l'état social. « La contradiction frappe toutes les associations de solidarité », réplique le mouvement Tafelbewegung. La possibilité d'être instrumentalisé dans ce cadre par l'état est bien réelle et il ne s'agit pas de dé-responsabiliser celui-ci de son rôle qui est de veiller au bien être des citoyens. Mais on ne peut pas laisser par ailleurs les gens qui sont le besoin dans l'impasse en attendant que la situation s'améliore. Nombre des personnes secourues s'investissent par ailleurs dans les activités du mouvement et le Tafelbewegung demande une participation au moins minime pour les repas délivrés. Il ne s'agit pas de créer des mentalités de personnes assistées.

L'Allemagne porte plainte contre l'Italie pour mise en cause de son immunité de l'état. La République fédérale a entrepris à Noël un recours devant le tribunal de la Hague, afin que l'Italie respecte son immunité et cesse les poursuites à son égard pour dédommagement des crimes du IIIè Reich. Une démarche inhabituelle qui tend les relations entre les deux pays, selon le Süddeutsche Zeitung. Selon les règles actuelles du droit des peuples, les états souverains ne peuvent pas en effet être mis en accusation et condamnés par des tribunaux civils étrangers. Le principe de l'immunité de l'état a été invoqué régulièrement par l'Allemagne, afin de rejeter les demandes de dédommagements de victimes des crimes nazis, justifiés par des tribunaux non-allemands. Pour la République fédérale les conséquences de la guerre et de la dictature du IIIè Reich doivent être réparées par l'intermédiaire de traités et d'accord de paix entre les états. Comme cela a d'ailleurs été le cas jusqu'à présent, en Europe en particulier. Or depuis quelques années des tribunaux italiens, dont la cour supérieur de Rome, estiment qu'un état ne bénéficie d'aucune immunité lorsqu'il s'agit de crimes contre l'humanité. Le respect des droits de l'homme a priorité. L'Allemagne a donc été condamnée de manière croissante par des tribunaux italiens à dédommager des victimes de la Wehrmacht, comme des travailleurs forcés italiens déportés en Allemagne. Le fait que l'Italie de Mussolini a été alliée au IIIè Reich jusqu'en 1943 ne simplifie pas les différents actuels.

Rouge-rouge, Lafontaine renvoie la balle au SPD. Le chef du parti « la Gauche » rejette tout perspective d'alliance unilatérale avec le parti social démocrate. Le président du SPD, Franz Müntefering a donné récemment le feu vert à une alliance des deux partis dans les Länder de l'ouest de l'Allemagne, pour l'élection d'un ministre président social-démocrate, contre la CDU. Une perspective qui n'a pas de raison d'être, pour Lafontaine, tant que le SPD n'est pas prêt également à s'unir avec la Gauche, contre la CDU, pour l'élection d'un ministre président de son propre parti, rapporte die Welt. « Oskar » pense évidemment aux prochaines élections régionales en Sarre ou il compte bien devancer son ancien parti, le SPD, et se faire élire ministre président avec ses suffrages contre Peter Müller (CDU).

mercredi 24 décembre 2008

Joyeux Noël. Pendant quelques jours ma revue de presse est au ralenti. Prochain billet vendredi.

Si vous êtes lecteur ou lectrice de ma revue de presse, je vous remercie de vos visites.
J'ai commencé ce blog il y a environ un an. Il a aujourd'hui plusieurs centaines de visiteurs par jour (sauf pendant les périodes de fêtes...hé, hé, et avec des robots). Je compte bien l'améliorer encore, après cette année de mise en train.
Mes excuses pour les fautes d'orthographe, les approximations de traduction, les maladresses de style ou les raccourcis intempestifs (!)...La revue est un travail que j'aime. Mais c'est un "plus" par rapport à mon travail ordinaire. Je la finis souvent sur les chapeaux de roue...parce que j'ai autre chose d'urgent à faire et pour ne rien vous cacher, il m'arrive de corriger des fautes d'orthographe ou des approximations bien après publication du billet.
C'est un travail de faussaire, car je ne change pas la date de parution du "post" évidemment.

Mon propos est d'essayer de faire connaitre un peu mieux l'Allemagne, au delà des clichés établis et entretenus.

En attendant, comme c'est Noël, je vous suggère un petit voyage sur ce lien qui vous conduira à un reportage de Stern sur la "terre-sainte, la Palestine". De superbes photos -cliquez sur "auf den Spuren Abraham". Ce sont des photos prises il y a un siècle et qui ont été colorées depuis. Les photos nostalgiques d'un pays qui n'existe pas ou plus. Hommage d'un hebdo dont c'est un peu la spécialité les photos.

mardi 23 décembre 2008

Berlin coupe les crédits d'Hasankyef** Fumée pour rien** Accueil de prisonniers de Guantanamo** Les affaires se maintiennent** James Bond Zumwinkel au Telekom

Berlin suspend les crédits pour la construction du barrage d'Hasankyef en Turquie. C'est une vieille histoire entre l'Allemagne, la Turquie et les Kurdes qui rebondit. Les Turcs veulent construire depuis des années un barrage dans la région kurde d'Hansakyef, qui va engloutir la ville, un symbole et un "trésor" du patrimoine du Kurdistan. Le site qui porte les traces d'une quinzaine de civilisations, depuis les Assyriens en 700 av JC, serait englouti sous les eaux note die Welt. L'Allemagne, la Suisse et l'Autriche ont conditionné l'octroi d'un prêt de 450 millions pour la construction du barrage à des exigences strictes sur le relogement de la population, le dédommagement des habitants, la sauvegarde de l'environnement et la conservation et la restauration des monuments historiques. Autant de conditions que la Turquie ne respecte pas alors qu'elle aurait déjà entamé les travaux. La population s'y oppose, dans une région ou l'influence des rebelles kurdes du PKK reste forte. Les pays voisins dont l'Irak s'inquiètent des conséquences de l'exploitation du barrage pour leur approvisionnement en eau, la Turquie pouvant réduire de moitié le cours du Tigre. Le gouvernement a donc décidé de suspendre les crédits accordés à la Turquie. Un dossier sensible en Allemagne auprès des NGO et des organisations écologistes.

Beaucoup de fumée pour rien. Après un an d'application la loi contre la cigarette dans les cafés apparaît comme une grosse fumisterie à Berlin. Elle s'applique en fait différemment suivant les quartiers, souligne le Tageszeitung. Depuis le 1er janvier 2008 la loi n'autorisait plus la cigarette que dans les pièces réservées à cet effet et séparées. Mais la municipalité a toléré 6 mois de transition pour l'application stricte de la loi. La plupart des « petits » cafés qui ont décidé de laisser leurs consommateurs fumer la cigarette en buvant une bière se sont transformés alors en « club de fumeurs ». Ils ont ensuite obtenu le feu vert de la cour constitutionnelle de Karlsruhe, qui estime que la loi berlinoise discrimine de fait les petits bistrots trop exigus pour installer une pièce séparée pour les fumeurs. D'un quartier à l'autre également les pratiques changent. On fume peu à Kreuzberg, quartier écolo, mais les bistrots du quartier populaire de Neuköln sont plein de volutes. Bref la loi anti-tabac peut repasser!

Steinmeier prêt à accueillir des prisonniers de Guantanamo, afin de permettre la fermeture totale du camps. Le ministre des affaires étrangères, Franck Walter Steinmeier (SPD) a fait entreprendre l'examen des possibilités d'accueil rapporte le Frankfurter Rundschau. Le statut des prisonniers considérés comme innocents, mais qui ne peuvent pas retourner dans leurs pays risque d'être particulièrement compliqué. Ce seraient en quelque sorte des "demandeurs d'asiles" expulsés d'un pays considéré pourtant comme sûr. Ou seraient ils "hébergés" en particulier? La question n'est pas réglée, la chancelière semble par ailleurs beaucoup plus réservée que son ministre. Le porte-parole du gouvernement souligne qu'il s'agit d'une responsabilité européenne. Une vingtaine de prisonniers seulement pourraient être accueillis par Berlin.

Petit recul des achats de consommateurs en novembre et décembre. C'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Si en période normale on estimerait que les affaires se refroidissent, en pleine crise les commerçants sont plutôt soulagés. Avec plus de 74 milliards d'euros, les chiffres de vente en novembre et décembre affichent une petite hausse de 1% qui est en fait un léger recul si on tient compte des hausses de prix, rapporte le Frankfurter Rundschau. Qu'en sera-t-il l'an prochain. Les ménages vont bénéficier des remboursements des trop perçus fiscaux suite au rétablissement du décompte des déplacements professionnels des revenus imposables, les mesures de soutien de la conjoncture déjà prévues en janvier devraient également relancer la consommation. Mais les pronostics toujours plus sombres quant à la rigueur de la crise pousseront plutôt à l'épargne.

Deutsche-Telekom: la direction en personne aurait ordonné de placer les "suspects" sous écoute. L"espionnage" des personnes organisé par les Telekoms avait été probablement ordonné par la direction du trust, dont le président Zumwinkel, inculpé ensuite de fraude fiscale via le Liechtenstein, indique Spiegel on line. Les victimes, membres de conseil d'administration, chef du syndicat Ver.di, entre autres, étaient ainsi en permanence "sous surveillance", évitant toute surprise aux dirigeants des Telekom lors des conflits et des négociations salariales par exemple.

lundi 22 décembre 2008

Le business social en Maserati** Feu vert pour le rouge-rouge** TSG veut faire payer les riches** Berlin n'est plus une société chrétienne ** HRE, coupes claires** Qimonda sauvé par le Portugal

Le business de la détresse sociale. L'association sociale Treberhilfe Berlin fête ses vingt ans. 205 salariés, accueil des sans toits, des enfants en placement familial, des jeunes délinquants...elle fait figure de modèle face aux autres "entreprises" de la branche et s'attire les critiques pour des raisons diverses: villa luxueuse, Maserati "en leasing" de son PDG, et pub' dans la presse pour Obama (le premier travailleur social des USA) qui lui a valu de voir plusieurs donateurs cesser leurs versements rapporte le Tagesspiegel. L'entreprise vit en fait des budgets sociaux de Berlin -28 millions d'euros/an pour l'hébergement des sans toits par ex. Elle affiche 12 millions de chiffre d'affaire cette année, 600 000 euros de profit et 7 millions d'investissements. C'est le « social-capitalisme » dont il n'y a pas à rougir , selon son boss, membre du SPD.

Feu vert pour le rouge-rouge après des querelles sans fin, le "nouveau" président du parti social-démocrate, Müntefering, a donné ce week-end le feu vert aux alliances SPD-La Gauche dans les Lânder de l'ouest de l'Allemagne note die Welt. "C'est une solution envisageable qui peut nous aider plus qu'elle ne nous dessert pour avoir plus de ministres-présidents du SPD dans les Länder"...Les élections en Hesse, en janvier dernier qui avaient donné la possibilité à Andrea Ypsilanti d'accéder au poste de ministre président, à la condition qu'elle s'allie avec la Gauche avait enclenché les polémiques et les coups bas au sein du SPD sur cette question -pas d'alliance avec les comunistes-, jusqu'à provoquer la démission de Kurt Beck, président du parti social-démocrate, qui avait envisagé cette possibilité ouvertement, après l'avoir rejetée comme Andrea Ypsilanti, pendant la campagne électorale.

TSG, le nouveau candidat du SPD aux élections du Land de Hesse veut "faire payer les riches" Thorsten Schäfer-Gümbel qui remplace Andrea Ypsilanti à la tête de la liste du SPD de Hesse contre Roland Koch (CDU) avait déjà su se faire remarquer dans un contexte qui lui était hostile au départ par sa jeunesse, ses lunettes..., son sens du l'humour (Koch et moi nous ne nous présentons pas à un concours de Top-modèles..!), ou sa capacité à détourner les images de Superman ou de la campagne d'Obama -"Yo Isch Kann". Il vient de lancer une idée qui fait des remous ce week-end en proposant de financer les 50 milliards qui seraient nécessaires pour faire face à la crise par des emprunts contraints pour les riches (plus de 750 000 euros de biens) souligne le Tageszeitung. Ces derniers devraient prêter une part de leurs fonds à l'état sur la base d'un intérêt de 2,5% sur 15 ans.
Une image de TSH sur un blog du SPD


La "société chrétienne" n'existe plus selon le ministre de l'intérieur berlinois. Erhart Körting monte au créneau pour défendre le cour d'éthique obligatoire à l'école contre le mouvement d'initiative référendaire "pro-reli" qui veut obtenir un vote pour ré-instaurer le cours d'instruction religieuse obligatoire à sa place. Nous ne sommes plus dans une société identique sur le plan de la religion à celle de l'époque ou fut rédigée la constitution actuelle, explique-t-il dans le Berliner Zeitung. Les croyances sont beaucoup plus diversifiées, les non-croyants sont devenus beaucoup plus nombreux, mais nous avons tous en commun des valeurs morales à partager. Le cours d'éthique serait donc la bonne réponse aujourd'hui. Et Berlin qui est le seul Land a avoir fait cette réforme serait en avance, selon lui, sur les autres Länder qui restent attaché au cours de religion.

Hypo real estate va réduire ses emplois de 1800 à...800 la banque bavaroise qui a été la première touchée par la crise financière (50 milliards de crédit garantis avancés par l'état), va abandonner totalement ses activités de banque d'affaires, ses activités sur le marché des capitaux, les financements d'infrastructures...et se replier sur son métier d'origine, la banque immobilière dans le secteur public notamment, souligne le Frankfurter Rundschau. La HRE est émettrice des Pfandbrief, ces « certificats d'obligations garantis » qui avaient depuis des décennies la meilleur réputation sur le marché allemand (!). Des enquêtes et perquisitions sont par ailleurs en cours. Sa direction qui a été virée aurait manipuler chiffres et bilans...

Le Portugal sauve Qimonda. En apportant un crédit de 100 millions d'euros, l'état portugais sauve le fabricant de puces électroniques menacé de faillite. La maison mère Infinéon apporte 75 millions d'euros, l'état de Saxe 150 millions, le groupe va donc passer l'année et poursuivre ses activités rapporte le Financial Times Deutschland. Qimonda emploie 12 000 salariés dans le monde dont 3000 à Dresde, 1800 à Porto, ce qui explique pourquoi la Saxe et le Portugal tenaient à sa survie. La fermeture de Qimonda Dresde aurait remis en cause l'existence même de la Silicon valley saxonne.
Manifestation des salariés de Qimonda ...au Portugal

samedi 20 décembre 2008

L'ex "terroriste" Christian Klar est libre**

Christian Klar, pilier de la deuxième génération de la RAf, 56 ans, a été libéré hier après 26 ans de prison. Il devrait résider à l'avenir, selon son avocat, à Berlin. Un emploi lui a été proposé par le Berliner Ensemble de Claus Peymann -Klar a suivi une formation de technicien de plateau pendant sa peine. Le maire de Berlin, Klaus Wowereit (SPD) voit plutôt cette perspective d'un mauvais oeil. "Que vient chercher le meurtier de la Raf parmi nous?", interroge le quotidien populaire Berliner Kurrier. "La porte de Brandenbourg, 6000 bistrots, plus de 20000 prostituées" (sic!), il y a de multiples raisons pour qu'il soit là. Les commentateurs reprochent toujours à Klar de ne jamais avoir émis de regret pour ses actes. Notamment en ce qui concerne l'assassinat du procureur Siegfried Buback en 1977. Le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung interroge l'avocat de Klar, afin de savoir s'il fera cette démarche à l'avenir. Mais celui-ci répond que ce ne sont là que spéculations. "S'il doit le faire, il le fera", et je n'en ai pour l'instant aucune idée. Un article du Süddeutsche Zeitung souligne que les compagnons de détention de Klar critiquent son attitude. Ils regrettent que Klar ne se soit jamais préoccupé de mettre ses capacités, son intelligence, en oeuvre pour aider ses codétenus. Ils n'en saluent pas mois dans leur écrasante majorité la libération anticipée de Klar. Ils soulignent que les conditions de sa libération anticipée sont plus généreuses que celles qui sont imposées aux criminels détenus pour des peines équivalentes à la sienne. Celle-ci a été avancée d'un mois environ parce qu'il avait accumulé des jours de congés, au cours de sa détention, en raison de ses activités professionnelles. Le quotidien conservateur Berliner Morgenpost, souhaite que Klar sache tirer profit de la grâce que lui accorde "l'état de droit" pour se racheter et reprendre le droit chemin, et ne devienne pas une mascotte réincarnée pour les autonomes berlinois. Le site Antifa.de des autonomes antifascistes justement ne semble pas l'entendre de cette oreille et salue "Christian Klar, enfin libre", soulignant qu'il était en prison parce qu'il est accusé d'avoir assassiné notamment, Hans Martin Schleyer, président du patronat allemand, "ancien membre des SA du régime nazi, de l'union des étudiants nationaux-socialistes, de la Wehrmacht et des Waffen-SS".
Klar ne devrait pas se livrer aux interviews, aux Talk-show, selon son avocat. Il avait accordé un long interview au journaliste Günther Gaus en 2001 (article du Spiegel); La vidéo de l'interview était disponible sur You Tube et a été retirée à la demande de la chaine Berlin/Brandenbourg, pour le respect de ses "droits d'auteur".
On peut néammoins suivre la conversation sur un montage toujours disponible sur You Tube de.


Voir également les revues de presse du 17 novembre terribles soupçons du fils Buback; et du 24 septembre la Raf fait à nouveau la une. Lire sur mon Berlin Blog la critique du film Baader Meinhof Komplex

vendredi 19 décembre 2008

Salaire mini en panne pour le courrier** Les espions du BND ont ils aidés Washington contre Bagdad?*

Le salaire minimum à nouveau mis en question. Il n'existe pas de salaire mini en Allemagne. Et le salaire minimum des postiers vient d'être abrogé par le tribunal administratif de Berlin. La Deutsche post et le syndicat des services Ver.di ont instauré un salaire mini de 9,80 euros à l'ouest et de 9 euros à l'est, dans le cadre de leurs négociations tarifaires, pour les distributeurs de courrier de la Dp. Mais les concurrents privés de la Deutsche post, Pin, TNT, assurent que ce salaire est largement au dessus de leurs moyens et fait donc obstacle ainsi à « la concurrence sur le marché». Le gouvernement d'Angela Merkel a néanmoins étendu celui-ci à l'ensemble de la branche. C'est justement cette extension que vient de casser le tribunal de Berlin rapporte le Frankfurter Rundschau. Le gouvernement peut, selon lui, prendre une telle décision dans le cadre d'une branche qui n'est pas couverte par des accords tarifaires. Mais il ne peut pas légiférer à la place des partenaires sociaux dans les secteurs d'activité ou ceux-ci remplissent leurs obligations. Il ne peut pas non plus imposer une convention salariale aux entreprises de la branche concernée, qui décident de sortir du cadre des accords. Les entreprises privées du courrier ont négocié de leur côté avec un syndicat nouveau né, le « syndicat des nouveaux services du courrier et des expéditions », des accords salariaux qui établissent un salaire mini entre 6,50 et 7,50 euros! Et le tribunal de Berlin a rejeté l'objection du ministère du travail selon lequel ce « nouveau syndicat » ne serait pas habilité à négocier des conventions collectives, à fortiori lorsqu'elles sont inférieures aux accords déjà en vigueur. Le patronat des entreprises privées du courrier se félicite de « cette victoire de la concurrence ». Le ministère du travail va faire appel du jugement.
Grand père distribuait le courrier à la Deutsche Post. Un tube sur You Tube.


Le gouvernement de l'ex chancelier Schröder accusé d'avoir aidé les USA lors de la guerre en Irak en 2003. Selon de récents témoignages de généraux américains, deux agents des services secrets allemands, le BND, en poste à Bagdad, auraient fourni à l'époque des renseignement décisifs pour la conduite des attaques contre le régime de Saddam Hussein. Des assertions qui jettent une ombre sur la politique de refus de la guerre du gouvernement social-démocrate et écologiste, et sont actuellement soumis à l'examen d'une commission d'enquête du Bundestag, rappelle le Tageszeitung. Le ministre des affaires étrangères, Frank Walter Steinmeier, vice chancelier et candidat du SPD pour les prochaines élections fédérales, contre Angela Merkel, était à l'époque chef du cabinet de Gerhard Schröder et responsable des liens avec le BND. Il devait donc répondre jeudi aux questions de l'opposition et de la CDU, devant la commission d'enquête. Il a répété ce qu'il affirme déjà depuis plusieurs années: les agents du BND à Bagdad renseignaient leur centrale en Allemagne et n'ont jamais transmis de données aux quartier général des forces US au Quatar, qui auraient pu servir dans la conduite de la guerre. Mais Steinmeier est embarrassé lorsque le président de la commission d'enquête, Siegfried Kauder (CDU) présente des documents secrets envoyés de Bagdad par les agents du BND à leurs supérieurs et qui auraient atterri 28 minutes plus tard...au Quatar. Des faits que Steinmeier, gêné selon le Tageszeitung, ne « veut pas commenter ». Joschka Fischer, ministre des affaires étrangères de Schröder, assurera lui devant la commission que toutes ces histoires sont des bêtises, rappelant au passage à ses censeurs d'aujourd'hui qu'en dépit de son opposition à la guerre et conformément à ses engagement, l'Allemagne avait dû laisser à l'époque aux USA la liberté d'utilisation de leurs bases en Allemagne et de survol du territoire allemand, ou la majorité des troupes intervenant en Irak avaient été stationnées.

jeudi 18 décembre 2008

Morsal, un crime dit d'honneur** Pasteur, lesbienne, contestée** Angela, barre à l'ouest*

Morsal, 16 ans, un crime d'honneur jugé à Hambourg. Une fois de plus l'assassinat d'une jeune femme, Morsal, 16 ans, par son frère Amad-Sobeir Obeidi, 24 ans, dont la famille est originaire d'Afghanistan, choque l'Allemagne. Le jeune Allemand-Afghan ne supportait pas que sa soeur veuille mener une vie similaire à celle des jeunes allemandes de son âge, rapporte le quotidien Hamburger Abendblatt. Il l'accusait de se détourner de sa famille, de s'habiller de façon provocante, de mener une vie dissolue, et l'accusait même de se prostituer. Il l'a tuée de 23 coups de couteaux. Mais les autorités hambourgeoises sont également mises en cause dans le procès du jeune homme qui se déroule actuellement dans la ville hanséatique. Morsal avait fait appel en effet à la police à de multiples reprises, elle s'était réfugiée dans un foyer de protection des jeunes. Huit jours avant sa mort la jeune femme s'était plainte à nouveau des coups qu'elle recevait de son frère et des mauvais traitements que lui infligeaient sa famille. Les autorités n'auraient pas accordé l'importance nécessaire à ces plaintes répétées et auraient régulièrement renvoyé Morsal dans sa famille. La police avait même enquêté à plusieurs reprises sur les délits imputés à Morsal par les siens pour ôter toute crédibilité à ses plaintes. L'école qu'elle fréquentait n'avait pas fait les vérifications nécessaires à l'occasion de ses absences scolaires, et les services de la jeunesse n'auraient pas transmis à l'école les informations dont ils disposaient sur la famille de la jeune femme. Les services sociaux auraient également mal apprécié sa situation. Morsal serait morte des 23 coups de couteaux de son frère et de l'indifférence collective.
Morsal, vidéo Spiegel on line.


Campagne de haine contre une jeune femme pasteur et lesbienne. Anne-Daur Lyrhammer avait été bien accueillie lors de sa nomination dans la communauté protestante d'Egelsbach. La jeune pasteur protestante s'est installée sur place avec sa femme Kirstin et leur enfant Samuel rapporte le Frankfurter Rundschau. Une famille qui a déchainé notamment sur les forum internet de Kreuz.net les foudres des chrétiens conservateurs. La jeune femme a été accusée d'avoir noué avec Kirstin Lyrhammer un partenariat "pervers », diabolique, affichant un comportement déplacé qui serait parmi les causes de la perte de croyance en Dieu. Elle aurait trahi le Christ. Anne-Daur Lyrhammer quant à elle s'estime en plein accord avec les enseignements du christianisme. « Dieu nous a conçu comme nous sommes et veut que nous vivions en paix et en liberté ». La communauté protestante d'Egelsbach la soutient, comme les autorités religieuses protestantes de Hesse qui estiment qu'une pasteur doit être jugée sur ses activités, dans son ministère, et non sur sa façon de vivre.

Angela Merkel met la barre à l'ouest. La chancelière veut investir dans les écoles, les infrastructures, les routes, particulièrement à l'ouest de l'Allemagne. Elle estime qu'après vingt ans d'aide à l'est, il y a un équilibre à rétablir. « Bien des écoles et des bâtiments municipaux datent des années soixante-dix, alors qu'à l'est tout est neuf », note la chancelière, elle même « Ossie ». Une affirmation qui sème la discorde, rapporte le Tagesspeigel. « Il faut reconnaître que c'est le besoin et pas la boussole qui doit décider des aides à accorder », approuve la présidente du SPD de Rhénanie du Nord. Un argument que rejette son collègues Wolfgang Tiefensee, ministre de la construction social-démocrate, responsable de la reconstruction de l'est et ancien maire de Leipzig: « nous répondons déjà aux urgences quel que soit le point cardinal».

mercredi 17 décembre 2008

Que faire contre les néos-nazis** Jopie Heesters a-t-il chanté à Dachau?*

Que faut-il faire contre le néos nazis? Le quotidien berlinois Tageszeitung a posé la question à plusieurs personnalités au lendemain de la tentative d'assassinat du chef de la police de Passau en Bavières par un couple connu dans les milieux d'extrême droite de Münich, et qui a été arrêté mardi. Les réponses me semblent suffisamment intéressantes pour valoir un résumé autant qu'une revue de presse.
*L'écrivain d'origine turque Feridun Zeinoglu estime qu'il faut mélanger les jeunes néos-nazis et les jeunes délinquants turcs, avant qu'ils ne le deviennent, dés le jardin d'enfant. Les uns s'ouvriront culturellement, les autres apprendront mieux l'allemand. Quand il est déjà trop tard il n'a pas de solution toute faite. Mais il estime que l'interdiction du parti néo-nazi, le NPD ne résoudrait pas grand chose.
* Les gens doivent se remuer, estime Christa Wolf, écrivain, sans attendre que la police résolve les problèmes. Ils doivent réagir et contrer l'extrême droite. L'état de son côté doit donner un avenir aux jeunes pour couper l'herbe sous le pied des néos-nazis qui exploitent leurs incertitudes. L'interdiction du NPD ne serait pas un mal, car elle supprimerait toutes les subventions que touche ce parti « légal ».
*Il faudrait cesser d'amalgamer les conservateurs, « les droites » avec « la droite radicale », selon Hans Olf Henkel, ancien président du patronat allemand, car c'est un énorme cadeau que l'on fait à l'extrême droite. On ne confond pas ainsi la gauche, avec la gauche radicale ou les autonomes.
*Il ne faut pas laisser ceux qui s'engagent contre les néos nazis se débrouiller tout seuls, juge quant à lui Stephan Kramer, responsable du consistoire des Juifs en Allemagne. Le chef de la police de Passau avait dû ainsi engager lui même, de sa poche, un avocat contre les insultes de l'extrême droite. Il faut que la police et la justice fassent savoir aux néos-nazis qu'ils sont sous surveillance constante. Il faut également apprendre aux jeunes la démocratie, en les faisant participer aux choix de ce qui se passe dés l'école. Il faut enfin continuer à subventionner les programmes qui aident les jeunes néos-nazis à sortir des milieux d'extrême droite pour se réinsérer dans une vie normale.
*Markus de l'Antifa (antifascistes) de Leipzig estime qu'il faut organiser la meilleur scène sub-culturelle et les meilleurs party pour ne pas laisser les jeunes se faire embobiner par les groupes de hard rock néos nazis et les soirées brunes. Il faut également riposter en cas de provocation dans les quartiers, manifester en nombre et montrer aux nazis qu'ils doivent se tenir à carreau.
* L'intégration des immigrés au travail joue un rôle décisif estime Achim Dercks responsable de « l'industrie et des chambres de commerce ». Les entreprises doivent promotionner la société multi-culturelle, quand on s'entend bien au travail on n'a pas de raison de se défier de l'autre à l'extérieur.
* Il ne faut pas tolérer l'expression des idées de l'extrême droite estime le chef de la police de Saxe, qui souligne que deux associations néos nazies dans sa région ont été dissoutes, tandis qu'une équipe de trente agents, « Soko Rex » a été mise sur pied pour lutter contre l'extrémisme de droite.
*Il faut apprendre aux jeunes dés l'école à reconnaître l'autre et sa culture, afin qu'ils deviennent des adultes conscients et sûrs d'eux mêmes, estime Anette Kahane, de la fondation Amadeu-Antonio qui milite contre la diffusion quotidienne des idées de l'extrême droite.
L'humoriste Mathias Richling...oui j'ai voté NPD.


Jopie Heesters perd son procès à propos de son tour de chant à Dachau. Jopie (Johanes) Heesters, 105 ans (sic!), est le chanteur qui a enchanté les mamies qui avaient vingt ans sous le IIIè Reich. Il vient de perdre son procès contre l'historien Volker Kühn, 75 ans, qui l'accuse d'avoir chanté devant les SS en 1941, lors de sa visite au camps de concentration de Dachau, rapporte le Berliner Kurier. Jopie avait été fêté lors de l'émission de télé « Wetten dass », ce week-end. Il a dû déchanter lorsque le tribunal de Berlin a rendu son verdict. On ne peut pas prouver qu'il est « coupable », qu'il est « innocent » non plus, en quelque sorte. On ne sait pas encore s'il fera appel.

mardi 16 décembre 2008

La mort du commissaire Derrick** Bosch fait dans l'écolo** Garantie de l'emploi en 2009 ou pas*

Le commissaire Derrick est mort. Il était sur les unes de tous les journaux ce matin. A Münich ou je suis en reportage d'où l'heure tardive à laquelle je poste cette revue de presse, le Münchner Merkur lui a consacré une galerie de photos souvenir. Horst Tappert avait 85 ans. Pendant un quart de siècle environ il avait incarné sur les écrans de télé allemands le commissaire qui finissait toujours par éclaircir les meurtres les plus macabres. Le bon contre les mauvais. Tappert avait commencé a jouer sur les planches à Wüppertal par hasard. Il devait travailler à l'intendance du théâtre. Il joua au théâtre de Münich de 1956 à 1967 et incarnera à partir de 1974 sur la seconde chaîne de télévision allemande, ZDF. Il transformera peu à peu le personnage d'un enquêteur sans grand caractère en « héros », connu et admiré par ses fans dans une centaine de pays. Il avait fini par inspirer une image différente de son propre pays, devenant en quelque sorte l'ambassadeur d'une « meilleure Allemagne ». Il avait cessé de tourner les épisodes du commissaire Derrick en 1998. Il incarnera notamment le rôle principal du film le cardinal en 2003. Tappert est mort à Münich samedi et restera l'icône des séries policières de la télé allemande.
Derrick For ever... en France. YouTube


Bosch investit dans le solaire. Connu notamment pour ses équipements automobiles le groupe familial Bosch vient de décider d'investir dans le solaire et l'écologie, notamment, pour accroître son indépendance à l'égard des principaux constructeurs de véhicules allemands, dont il est en partie dépendant. Sa production dépend de leurs commandes, et celles-ci à l'heure actuelle sont en chute libre. Le quotidien économique Handelsblatt rappelle que le groupe familial qui a plus de 120 ans avait déjà su réorienter sa production lors de la crise de 1929 (!), en abandonnant la construction exclusive des perceuses bien connues pour faire de l'accessoire auto. Au cours des années soixante-dix il mettra à profit le crise pétrolière pour se reconvertir dans la sécurité des véhicules avec les dispositifs anti-bloquants ABS. Cette fois c'est dans l'écologie que le groupe compte se redéployer. Ses investissements s'élèveraient à 600 millions d'euros environ et créeraient plus de 1000 emplois dans l'entreprise Ersol qu'il a racheté cette année. Une reconversion qui indique la tendance dans la branche automobile ou sous le coup de la crise, les constructeurs eux-mêmes, Mercedes, BMW, semblent vouloir prendre le tournant écologique qu'on leur reprochait souvent jusqu'ici d'avoir manqué.

Garantie de l'emploi en 2009 ou pas? A la suite du sommet des managers, des banquiers, des syndicalistes, à l'invitation de la chancelière et du gouvernement ce dimanche, l'espoir d'une année sans licenciements semblait en voie d'être acquis. Le chef du groupe Siemens avait évoqué cette possibilité autour de la table ronde, ses « collègues » semblaient partager son avis et les syndicats se félicitaient déjà de la bonne volonté patronale face à la récession note le Frankfurter Rundschau. La confédération des syndicats, le DGB, s'engageait à son tour à être « raisonnable » dans ses revendications. La nouvelle était cependant déjà « démentie » dans la matinée aujourd'hui par le chef de la fédédération patronale de la métallurgie, assurant qu'il est impossible pour les chefs d'entreprise de s'engager ainsi...à suivre.

lundi 15 décembre 2008

Le chef de la police agressé par les néos-nazis** Des milliers de comptes bancaires dévoilés** Sommet pour un nouveau plan de relance*

Le chef de la police de Passau en Bavières victime d'une tentative d'assassinat néo-nazie. Le policier a été agressé à la porte de son domicile, et poignardé. La lame du couteau est passée à 2 centimètres du coeur, tandis que son agresseur l'apostrophait en lui présentant les meilleurs voeux de la « résistance nationale »! Alois Mannlichl est connu pour sa fermeté à l'égard de l'extrême-droite rapporte le , Berliner Zeitung. Il n'avait pas hésité à faire ouvrir la tombe d'un chef néo-nazi, Friedhelm Busse, après son enterrement en juillet 2008 parce que son cercueil avait orné du drapeau à la croix gammée. L'agression contre le chef de la police marque un tournant, une nouvelle dimension dans les délits de l'extrême droite en Bavières selon le ministre de l'intérieur bavarois Joachim Herrmann. Selon les études d'opinion le racisme et les idées diffusées par les néos nazis sont aussi bien accueillis en Bavières qu'en Saxe, la Land d'Allemagne de l'est réputés jusqu'ici être le plus « contaminé » par l'extrême droite.

Commerce de données: un quotidien de Francfort reçoit un envoi anonyme avec des dizaines de milliers de relevés d'identité bancaire. Le Frankfurter Rundschau s'est vu remettre un colis postal contenant des centaines de micro-film avec les identités bancaires de milliers de clients de la banque régionale de Berlin avec nom, adresse, numéros de compte, relevés de mouvements de comptes, et même « pin », qui heureusement n'étaient pas reliés semble-t-il aux comptes bancaires dont ils dépendent. Les dépôts des clients ne craignent rien assure la banque!

Le sommet réuni ce week-end à la chancellerie, rassemblant hommes politiques, syndicalistes, managers, pour faire le point sur la crise à l'invitation d'Angela Merkel, annonce sans doute la mise en oeuvre d'un second plan de relance de plusieurs dizaines de milliards en janvier, après l'entrée en fonction de Barack Obama, note Spiegel on line. On estime en effet en Allemagne que le nouveau chef d'état américain devrait annoncer un plan de relance sur deux ans, d'un montant astronomique, de l'ordre de 1000 milliards de dollars. Il sera alors difficile à l'Allemagne de camper sur son attentisme actuel qui lui est reproché sur la scène internationale. Le premier plan de 35 milliards d'euros, dont la plupart des crédits avaient en fait déjà été prévus et sont simplement accélérés, ne fera pas le poids. Mais il faut « garder son calme » cependant insistent plusieurs dirigeants démocrates-chrétiens, dont Günther Oëttinger, ministre président du Land de Bad-Würtemberg, qui estime qu'il faut éviter toute hâte pour entériner de nouvelles mesures et Roland Koch, ministre président de Hesse qui souligne que la retenue observée jusqu'ici face à la crise est la bonne méthode. Les organisations syndicales, dont le syndicat de la métallurgie, l'IG Metall, le syndicat des employés Ver.di et la confédération syndicale, le DGB, revendiquent de leur côté une intervention massive et décidée, d'un montant de 60 milliards d'euros, sous forme d'investissements dans les équipements publics, de subventions à la consommation des ménages sous forme de chèques d'achat ou de primes pour le rachat des véhicules anciens. A trop tarder sinon, l'Allemagne se retrouvera en 2009 avec 600 000, voire un million de chômeurs de plus.

samedi 13 décembre 2008

Merkel et Sarkozy, le couple franco-allemand après le sommet**

Merkel ou Sarkozy, qui mène le couple franco-allemand? La chancelière est sans conteste la triomphatrice du sommet européen selon le quotidien die Welt. « Madame non a fait passer sa politique ». Le paquet européen de 200 milliards pour relancer la conjoncture tient compte des limites imposées par l'Allemagne. Sarkozy n'a pas pu faire adopter ses vues. Les critères qui fixent les bornes du déficit budgétaire (3% du Pib) sont assouplis mais ne sont pas abolis. La TVA n'a pas été abaissée dans l'hôtellerie et la restauration notamment. Et en ce qui concerne les résolutions sur la lutte contre le réchauffement climatique, Merkel a obtenu également tout ce qu'elle désirait. Le ré-échelonnement des réductions d'émission de CO² pour les grosses cylindrées dans l'automobile, les titres d'émission de gaz nocif gratis pour industries les plus consommatrices ou les plus soumis à la concurrence, cimenteries, énergie. Brown et Sarkozy voulaient obtenir plus pour la relance parce que leurs économies sont plus touchées par la crise que celles de l'Allemagne, commente die Welt, qui souligne qu'aucune décision sérieuse « ne peut être prise en Europe contre l'Allemagne. Sarkozy le sait, c'est bien son problème ».
C'est « une présidence animée » résume la chancelière en parlant des six mois de Sarkozy à la tête de l'Union, rapporte le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Il ne s'agit pas simplement des crises auxquelles a dû faire face le président français, mais également des nombreux différents entre Paris et Berin. Qu'il s'agisse de la politique économique, de l'Union de la Méditerranée, du « gouvernement économique européen » cher à la France, face à la BCE.
Les Allemands sont toujours préoccupés de ce que Sarkozy l'impulsif ne mette pas en cause les intérêts commun de l'Union et qu'il prête l'oreille notamment aux revendications des petits pays-membres. La chancelière le lui a dit. Berlin va maintenant apporter son plein appui à la présidence tchèque de l'Union. Le quotidien libéral de Francfort se félicite par ailleurs de ce que la chancelière ait su parfaitement équilibrer sa bataille pour les réductions d'émission de CO² avec les intérêts de l'industrie allemande. Son concurrent, le Frankfurter Rundschau voit les choses différemment et souligne que la chancelière a perdu sa stature de Climat-Queen en se pliant aux exigences des lobbies industriels. La quotidien libéral de gauche de Francfort titre « seule contre tous » pour décrire la situation d'Angela Merkel à Bruxelles. La presse internationale a changé de ton à son égard et souligne son absence sur le front de la crise, note le Frankfurter Rundschau. Sarkozy a été particulièrement méchant avec elle en disant que: "la France agit et que l'Allemagne réfléchit". De nouveaux « champs de forces » sont peut être en train de se constituer en Europe, sans l'Allemagne. Sarkozy estime que les Allemands sont trop attentiste, manquent de réaction. Les Allemands de leur côté s'irritent de ce qu'il soit toujours en train de songer à laisser filer la dette, à remettre en cause les équilibres budgétaires et les critères de Maastricht. Le Frankfurter Rundschau cite le journal le Monde, selon lequel on estime a l'Elysée que « la France a repris les commandes de l'Europe et remporté le match contre Angela Merkel. » Une affirmation qui n'est pas particulièrement « propice à l'amitié franco-allemande ».
Les résultats du sommet sur le climat ne sont guère convaincants assurent par ailleurs en choeur le Berliner Zeitung, le le Tagesspiegel ou Tageszeitung. Même le conseiller d'Angela Merkel Joachim Schellhuber les mets en cause. Les exceptions nombreuses accordées aux industriels ne garantissent pas du tout, selon lui, que l'on atteigne la réduction de 20% des émissions de CO² en 2020 comme prévu. Pour ne pas parler de 2030.
Alors Merkel ou Sarkozy? Le simple fait que les médias allemands débattent de la question montre le chemin parcouru en six mois. A la veille de la présidence française la question ne se posait même pas. Le président français était encore la tête de turc des médias pour ses bévues, ses aventures sentimentales, ou son projet d'Union de la Méditerranée visant à les intérêts de Berlin.

vendredi 12 décembre 2008

Krugman mouche Steinbrück et soutient Brown** L'Allemagne moyenne pour les petits** La chute continue de Von Pierer** Station terminus pour le Transrapid*

Krugman mouche Steinbrück pour ses critiques à Brown. "L'Allemagne contre le reste du monde", titre le quotidien die Welt. Les échanges entre le ministre des finances allemand et le premier ministre britannique Gordon Brown symbolisent l'isolement de la République fédérale. Le ministre des finances s'est permis hier de réprimander Brown, "qui jette les milliards par les fenêtres" avec sa baisse de la TVA et endette l'état sur le dos de la génération future. Il est mis au piquet cette fois lui même par le nouveau prix Nobel d'économie Paul Krugman, qui critique sévèrement la « bêtise » de la politique allemande actuelle. Elle "aggrave" la crise en rejetant toute coordination réelle, en s'isolant et en rejetant les "investissements d'état", au moment ou c'est le seul moyen qui reste pour contrecarrer la récession. "Peer Steinbrück est contre toute proposition qui n'émane pas de lui", résume le Tageszeitung. Depuis la début de la crise seule la division d'attaque fonctionne au ministère de l'intérieur. Le SPD soutient son ministre des finances, considéré comme le stratège de l'économie allemande face à la crise et pourrait s'en mordre les doigts. Son porte parole proteste en attendant contre les déclarations du prix Nobel d'économie. La chancelière soutient Steinbrück, selon die Welt. Elle assure que l'Allemagne est ouverte à toutes le suggestions. Mais elle freine en même temps toute nouvelle mesure après l'adoption du plan de soutien gouvernemental à la conjoncture, considéré comme un minimum insuffisant par les critiques. Les libéraux du FDP, les Verts, mis aussi la démocratie chrétienne bavaroise, la CSU, critiquent cette politique des petits pas. Le président de la république Horst Köhler (CDU) plaide lui aussi à son tour pour un nouveau plan concerté entre le gouvernement, l'économie, les managers, et les syndicats. Merkel va rassembler à ce propos ce week-end une table ronde à la chancellerie.

Von Pierer, « déshérité » par la direction de son groupe, Siemens. Heinrich von Pierer qui fut pendant des lustres le chef incontesté du groupe phare de l'électro-mécanique est mis à l'amende par ses pairs, note le Süddeutsche Zeitung. Ses droits d'options sur actions lui auraient été récemment retirés. Il s'agit de lui faire payer en partie les frais des peines et procès pour corruption qui régnait sur la firme, pendant sa présidence. Délits qu'il n'aurait pas combattu avec l'attention nécessaire. Von Pierer s'est même déjà fait retirer son bureau personnel au siège du groupe à Münich!

L'Unicef juge très moyens les efforts de l'Allemagne pour l'éducation des tout petits. Les crédits consacrés au soutien et à l'accueil des enfants avant leur scolarisation représentent environ 0,4% du PIB, loin de la moyenne de 1% du PIB des principaux pays industrialisés. Les moins de trois ans ne sont pas sollicités à la mesure de leurs capacités d'éveil. Les crèches, jardins d'enfants, sont largement insuffisants. Les éducat(eurs)rices trop peu nombreux au sein des établissements qui existent. Ils et elles ne sont pas assez formés, leurs salaires sont maigres. Les services médicaux de base n'ont pas d'accès garanti à tous les enfants, rapporte notamment le Tagesspiegel. Dans le classement réalisé par L'Unicef sur la base de dix critères stricts examinés dans 25 pays, l'Allemagne en remplit cinq seulement et se retrouve au milieu du palmarès. La Suède, la Norvège, l'Island, la France sont en tête, les USA, le Canada, l'Irlande en queue. Une étude de l'institut économique de Berlin (DIW) souligne par ailleurs que les enfants des milieux défavorisés fréquentent moins que dans d'autres pays les structures d'accueil prè-scolaires de la petite enfance. A leur désavantage.

Le Transrapid en station terminus. Le train à sustentation magnétique, est au bout de sa course. Il a un "brillant avenir derrière lui", résume le Hamburger Abendblatt. A part la Chine, personne ne veut acquérir ce moyen de transport du futur qui nécessite ses propres voies et n'est pas compatible avec les réseaux ferroviaires. Après l'échec du projet de liaison entre Berlin et Hambourg en 2000, qui aurait couté 12 milliards d'investissement pour gagner 20 minutes sur le trajet, Münich avait renoncé en 2006 à la construction d'une liaison Transrapid entre la ville et l'aéroport. C'est maintenant la voie d'expérimentation et de démonstration de Lathen qui va être mise hors service par Siemens et Thyssen Krupp, après 30 ans d'activité. Un accident de sécurité y avait couté la vie à 23 personnes en 2003. Seul le Transrapid en service entre la ville de Shangaï et son aéroport reste en service aujourd'hui. Un projet de liaison entre le nord et le sud de la Hollande, et d'Amsterdam à Brême, avait un temps éveillé de nouveaux espoirs. Il est lui aussi tombé à l'eau.
Passage du Transrapid à 450 kmh sur la voie d'essai de Lathen.

jeudi 11 décembre 2008

Steinbrück règle son compte à Brown** Obama lâché par Merkel pour le climat** "La Gauche" en panne pendant la crise

Après avoir critiqué Sarkozy, Steinbrück règle son compte à Brown. Les mesures de Gordown Brown pour faire face à la récession ne trouvent aucune grâce aux yeux du ministre des finances allemand. Réduire la TVA de 17,5 à 15% ne va pas convaincre le client d'acheter un nouveau lecteur de DVD. Le plan de relance de 24 milliards d'euros adopté par le gouvernement britannique ne relancera donc pas grand chose et creusera une dette de plus qui devra être épongée par la prochaine génération, assène le ministre d'Angela Merkel dans un interview publié par le magazine Newsweek. Steinbrück, ministre social démocrate, n'est pas plus tendre avec son camarade Brown du Labour party qu'il ne l'est avec Sarkozy. Il accusait le président français ce lundi de faire de l'Allemagne la tête de turc de l'Europe en critiquant son attentisme. « Ceux qui s'élevaient hier contre les financements d'investissements par la dette publique sont en train aujourd'hui de semer les milliards, remarque-t-il », faisant le procès du retour à un keynésianisme d'un autre age. Il faut bien qu'il y en ait un qui dise la vérité, même si c'est en termes peu diplomatiques, souligne le Süddeutsche Zeitung. Cinq pays membres de l'Union ont déjà dépassé les « critères de Maastricht, souligne le quotidien münichois, alors que le pire de la crise est encore à venir. Que feront-ils alors, ils n'auront déjà plus rien dans les poches?

Obama reste le dernier à vouloir sauver la planète. Ce titre de une désabusé du quotidien berlinois Tagesspiegel, résume à sa façon les critiques multiples de la presse allemande à l'égard d'Angela Merkel. « La chancelière de la lutte climatique se bat maintenant pour l'industrie", résume le Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui souligne qu'elle a parfaitement pris le tournant. « L'union européenne doit prendre garde, elle pourrait perdre son rôle de leader dans la lutte pour le climat », avertit Sigmar Gabriel, le ministre social démocrate de l'environnement. Pour l'institut économique de Berlin (DIW) la chancelière doit au contraire mettre son véto aux résolutions de la commissions européennes, lors du sommet qui se réunit aujourd'hui et demain en Pologne. Si les industriels européens doivent acquérir des certificats d'émissions de C0² encore plus coûteux à partir de 2013, l'économie allemande en pâtira encore plus que ses voisins souligne le DIW. « Sans que cela face avancer d'un pouce la lutte pour la sauvegarde de l'environnement et le climat. » A l'inverse rapporte Spiegel on line les Verts accusent Merkel, ex- « Climat-Queen » de se transformer en "meurtrière de la lutte pour le climat" et de conduire directement l'Allemagne dans l'impasse avec une politique industrielle du style des années quatre-vingt. Mais l'hebdomadaire souligne également le pas en avant de Sarkozy vers les positions de Merkel, puisqu'il propose maintenant de réduire et d'étaler l'application des hausses de coût des certificats d'émission pour les pays de l'est et pour les branches industrielles qui font face à une sévère concurrence.

La crise ne porte pas bonheur à la Gauche de Lafontaine. Alors que l'on pourrait s'attendre à ce que ce soit l'heure du triomphe pour Oskar Lafontaine, son parti « la Gauche » ne profite guère de la crise, estime le politologue Frank Decker dans le quotidien die Welt. « La Gauche » a connu son essor dans les Länder de l'ouest notamment ces dernières années en exigeant que les salariés les plus défavorisés profitent eux aussi du retour de la croissance, dans le cadre d'une répartition plus égalitaire des richesses. La crise a marqué la fin de cette période. Aujourd'hui les électeurs se tournent d'abord vers les partis qui gouvernent, attendant d'eux tout d'abord qu'ils les protègent un minimum face à la récession. L'opposition semble impuissante en ce domaine. La re-découverte par la CDU et le SPD du rôle de l'état et de la nécessité de réguler les marchés, prive par ailleurs la Gauche d'une part de ses arguments politiques et électoraux. Decker ne croit pas à une ré-unification à terme du SPD et de la Gauche. L'identité du parti de Lafontaine et Gyzi reste encore trop marquée par son histoire à l'est, dans l'ex RDA. Les deux partis sont par ailleurs plus efficaces séparés. Il rassemblent des électeurs qui ne voteraient pas autrement, ou bien qui fuiraient le SPD s'il ouvrait ses rangs à la Gauche.

mercredi 10 décembre 2008

La RDA n'a jamais existé** Hesse, le SPD sort ses griffes** La branche auto sous le choc des faillites*

"La DDR (RDA) n'a jamais existé": un peu d'humour! La peinture blanche qui affirme cette "vérité" est bien fraiche, sur le mur proche du chantier de démolition de l'ex-palais de la république sur l'Alexander platz à Berlin qui vient d'achever ses travaux. L'espace est totalement vide, désert. On peut en voir de belles photos sur le site du Berliner Morgenpost. Sur le sable qui a remplacé le palais construit en 1976, cher aux anciens berlinois de l'est, et inauguré entre autres par Juliette Gréco, devrait se dresser bientôt le chantier de reconstruction du château de Frederic II, dont les ruines avaient été détruites après la guerre par le régime de l'ex RDA. C'est l'architecte italien Francesco Stella qui a finalement remporté le concours pour construire le château reconstruit, qui en 2014 devrait allier les façades baroque avec un bâtiment « moderne ». On verra. En attendant l'ex Palast der Republik a laissé un sacré trou. La collection de photos sur le site du Berliner Morgenpost vaut également le détour.
Reportage de la chaine RBB sur la démolition du Palast.


Le SPD en Hesse sort ses griffes. Les titres de la presse du week end, selon lesquels la candidate du SPD, Andrea Ypsilanti, aurait voulu contrôler le vote des députés de son groupe lors de son élection contre le ministre président démocrate chrétien du Land de Hesse Roland Koch, en les contraignant à prendre une photo de leur bulletin et de leur enveloppe dans l'urne avec leur portable, seraient des bobards. Ypsilanti avait même été baptisée "Handylanti" dimanche dans les médias - "Handy" c'est le téléphone portable en Allemand. La direction du groupe parlementaire du SPD au Landtag de Hesse voulait contraindre les députés à l'auto-discipline, selon le Frankfurter Allgemeine. L'information détonante et "anonyme" avait été aussitôt reprise par tous les confrères. La CDU exigeant des explications du SPD au lendemain du week-end. Le supplément du dimanche du quotidien libéral de Francfort assurait en plus que des responsables de la gauche du SPD avaient avoué avoir truqué l'élection d'Ypsilanti comme candidate de son parti il y a un an, contre le porte parole de l'aile droite du SPD en Hesse, Jürgen Walter. Une révélation qui ne reposerait également sur rien de sérieux, si l'on en croit le SPD qui a visiblement l'intention d'entamer des poursuites juridiques contre le journaliste coupable et sa source, qui aurait fait de rumeurs des réalités, sans même se donner la peine de les vérifier rapporte le Frankfurter Rundschau, le concurrent de gauche du Frankfurter Allgemeine. Même les députés qui ont refusé publiquement la veille du vote, lors d'une conférence de presse, de voter pour la candidate de leur parti parce qu'elle s'alliait avec le parti "la Gauche" d'Oskar Lafontaine pour battre Koch, contestent ces « révélations ». La photo du vote à bulletin secret par téléphone portable aurait été évoquée dans les discussions de couloirs par des députés sociaux démocrates eux même, avant le vote, pour prouver leur bonne fois. Une idée en l'air que n'a jamais reprise Ypsilanti, un point c'est tout.

La branche automobile sous le choc des faillites. TMD, le fabricant de freins qui fournit GM, BMW, Mercedes et VW a déposé son bilan. Wagon, 6000 salariés, entreprise britannique qui fournit notamment les portes de Porsche et a une usine en Allemagne, s'est également déclaré en faillite. Les sous-traitants des grands groupes qui produisent les éléments des voitures de marques n'ont pas les moyens de faire face à la crise, note le quotidien économique Handelsblatt. Alors que leurs commanditaires ralentissent la production, ils n'ont plus les moyens de financer leurs achats de matière première pour produire les pièces dont la demande décroît. Le propriétaire de TMD est par ailleurs un fond de placement dont le sort de l'entreprise qu'il détient n'a de sens que si elle rapporte grassement. Faute de quoi il ne reste qu'à s'en débarrasser.

mardi 9 décembre 2008

La prime de déplacement de retour** Pas de justice pour Oury Jalloh** La mort "made in Germany"** Dissonances sur la relance** Censure pour les Scorpions

Le rétablissement de la « prime de déplacement » pourrait couter cher aux finances publiques. Le tribunal constitutionnel de Karlsruhe a rendu son jugement aujourd'hui sur cette question. En 2007, la possibilité de déduction des frais de déplacements des actifs de leurs revenus déclarés avait été supprimée par la grande coalition d'Angela Merkel jusqu'à 20 kilomètres du domicile. La prime fiscale fixée à 30 cent/km n'était plus applicable qu'à partir du kilomètre 21, rappelle le Berliner Zeitung. La réduction du montant de cet "avantage acquis", avait débuté sous le gouvernement Schröder. L'ex-chancelier avait promis lors de la campagne électorale de 2005 de maintenir cet avantage fiscal face à sa concurrente. Mais la suppression de la prime de déplacement sera adoptée ensuite par le gouvernement du SPD et de la CDU. Elle n'avait cessé d'être remise en cause depuis par les associations de contribuables. Le tribunal de Karlsruhe avait déjà émis des doutes sur la validité de la frontière des 20 kilomètres du point de vue de l'égalité des citoyens. Le rétablissement de cette « prime » déductible qui peut atteindre rapidement plus de 1000 euros par an, représenterait une perte de rentrée fiscale évaluée à 2,5 milliards d'euros pour l'état chaque année. On envisagerait dans les cercles du gouvernement de réduire son montant de 30 à 25 cent pour amortir le coup et le cout. En attendant, note Spiegel on line, le remboursement des trop perçus pour les années 2007 et 2008 pour 16 millions de contribuables qui n'avaient pu déduire la prime de déplacement de leurs revenus, va constituer un coup de pouce pour la conjoncture aujourd'hui.

Les faux témoignages protègent les policiers inculpés dans la mort d'Oury Jalloh. Les deux policiers inculpés dans la mort d'Oury Jalloh, guinéen, demandeur d'asile, brûlé vif dans sa cellule à Dessau, en Saxe, il y a quatre ans sont ressortis libres du tribunal. Le juge a déclaré qu'il n'avait pas d'autres solutions, car les policiers se sont conduits comme des lâches et leurs collègues ont multiplié les faux témoignages pour les protéger note die Welt. Une conduite « épouvantable » qui interdit au tribunal d'accéder à la vérité des faits. La famille de Jalloh a refusé l'offre de 5000 euros de dédommagement faite par la justice. « Nous ne voulons pas d'argent mais un jugement». La seule chose dont le tribunal est certain reste que Jalloh, qui était pieds et poings liés dans sa cellule, n'a pas mis le feu volontairement à son matelas, contrairement aux insinuations des policiers! Oury Jalloh avait été arrêté en état d'ébriété, sur plainte de deux employées municipales qu'il aurait importunées. Les policiers auraient ensuite ignoré les alarmes dans la cellule en flamme.

La mort « made in Germany ». Ce titre percutant illustre un article sur les performances de l'Allemagne en matières de vente d'armes. La République fédérale est le troisième pays exportateur, derrière les USA et la Russie, et devant la France et la Grande-Bretagne, souligne la conférence pour le développement des églises, catholiques et protestantes. Si la vente de navires et de « panzer » fait souvent réagir, l'exportation croissante des armes légères, légale ou illégale, passe pratiquement inaperçue, note le Süddeutsche Zeitung. Les ventes d'armement se sont accrues de 13% en 2007, atteignant la somme de 8,7 milliards d'euros. Officiellement l'Allemagne s'en tient au codex en vigueur pour les pays de l'Union européenne. Mais dans les faits ses armes sont exportées dans 49 pays ou les mises en cause des droits de l'homme sont avérées et dans 28 pays déchirés par des conflits intérieurs, tels que l'Afghanistan, l'Inde, le Nigeria, Israël, le proche et le moyen-Orient. La conférence des deux églises demande au gouvernement de suspendre les ventes envisagées de sous-marins au Pakistan et souligne que ce sont les églises qui doivent publier ces données sur le commerce des armes, parce que les autorités publiques n'exerçant pas leurs responsabilités sur ce terrain.

Dissonances croissantes dans la coalition sur la relance de la conjoncture. Angela Merkel a beau plaider pour le calme face à la crise et contre toute précipitation dans la course aux milliards de subventions pour pallier à la récession, elle n'est guère entendue. Horst Seehofer, président de la CSU, menace de boycotter la prochaine réunion de la coalition si la chancelière ne se décide pas enfin à réduire les impôts comme il le revendique depuis des semaines note Tagesspiegel. Franck-Walter Steinmeier, ministre des affaires étrangères et candidat du SPD à la chancellerie milite lui pour un pacte d'investissements des communes, de la fédération et des collectivités, tout en qualifiant les projets de réduction des impôts de « pièges à électeurs ». La chancelière convoque ce week-end un sommet des banquiers et managers avec lesquels elle veut faire le point sur la situation.

Les Scorpions censurés pour "pédophilie" sur Wikipédia en grande-Bretagne. 32 ans après sa parution, la couverture du CD « Virgin Killers » du groupe de rock allemand, un tube qui les fit connaître, est censurés par l'organisme britannique de surveillance de l'internet, Internet Watch Foundation rapporte le Berliner Morgenpost. On y voit en effet une toute jeune fille nue et dans une position équivoque. Un montage qui vaut aujourd'hui accusation de pédophilie. L'association a donc demandé aux fournisseurs d'Internet de bloquer l'accès à l'article concernant le groupe Scorpion, illustré avec la couverture de ce CD. Avec succès. C'est une atteinte à la liberté d'expression sans précédant s'insurge Wikipedia. La photo contestée est par ailleurs visible sur le site du groupe, ou sur le site de vente par Internet Amazon, entre autres. Le guitariste Ulrich Roth compositeur du titre regrette le choix de la photo qui le fait frissonner aujourd'hui, alors que son collègue Rolf Schenker, la justifie lui dans l'article censuré par IWF.

lundi 8 décembre 2008

Merkel, écologie contre emploi** Steinbrück attaque Sarkozy** Inflation du commerce des données bancaires** Polémique service secret et chancellerie** Rébellion d'entreprises contre Sap, le Microsoft allemand

Angela Merkel rejette les revendications climatiques couteuses pour l'emploi. Changement de direction pour la chancelière championne de l'environnement. Elle s'opposera en fin de semaine au sommet européen à toute résolution sur la lutte contre le réchauffement climatique qui mettrait l'emploi et les investissements en cause en Allemagne, note Spiegel on line. C'est un mauvais choix, selon Klaus Töpfer , démocrate chrétien, ancien ministre de l'environnement et ex-directeur du programme environnemental de l'ONU, rapporte le Frankfurter Rundschau. Les mesures pour sauvegarder l'environnement ne doivent pas être ajustées aux besoins de la conjoncture. Mettre l'écologie en avant permettra seulement au contraire de garantir les emplois de l'avenir. « Les produits écolos sont la solution de la crise et non pas sa cause ».

Steinbrück attaque Sarkozy. Le ministre des finances allemand accuse le président français de vouloir faire de l'Allemagne la tête de turc de l'Europe, en l'accusant de ne pas réagir assez rapidement face à la crise. Chacune de ses nouvelles initiatives revient en fait à demander à l'Allemagne de mettre encore plus au pot de la communauté, dans un intérêt qui ne doit tromper personne, souligne le Süddeutsche Zeitung. Steinbrück estime que l'absence de Merkel à la réunion de Londres aujourd'hui avec Sarkozy, Brown et Baroso n'est pas un problème. L'Allemagne connaît en effet une situation différente de l'Angleterre ou de la France. Le ministre des finances social-démocrate rejette par ailleurs les chèques d'incitation à la consommation des ménages financés par l'état que proposent certains de ses camarades du SPD, comme les réductions d'impôts pour relancer la conjoncture que revendique la CSU bavaroise. On ne peut pas en même temps prôner une politique d'investissements publics dans la formation et la recherche, souligne-t-il.

Les services de renseignements du BND dans le viseur de la chancellerie. L'affaire des trois espions allemands pincés au Kosovo par la police kosovare et qui ont été libérés après huit jours de prison, a déclenché une polémique entre le BND et les services de renseignements, rapporte le Süddeutsche Zeitung. Ces derniers accusent la chancellerie de mollesse et de lenteurs dans la défense de ses agents. La chancellerie réplique en mettant en cause le BND et souligne qu'elle a pris connaissance de l'arrestation de ses trois agents par les médias!

Commerce des données bancaires des particuliers en pleine inflation. Les coordonnées bancaires de 21 millions de personnes seraient actuellement disponibles sur le marché noir du commerce des données. Un DVD aurait été proposé à la revue Wirtschafswoche pour 12 millions d'euros. A titre d'exemple les « commerçants » ont fourni un cd comportant les noms et date des naissances des clients de banques allemandes, ainsi que leur numéro de compte, le code bancaire de leur établissement et même pour certains les détails de leurs dépôts et opérations, souligne le Tagesspiegel. Les données sont rassemblées en général à partir de call-center, les centres téléphoniques auxquels les entreprises confient les relations avec leurs clients et les services après vente. Ils constituent ainsi de véritables trésors de banques de données qu'ils peuvent ensuite commercialiser auprès d'autres entreprises. Les détenteurs de comptes bancaires ont de quoi s'inquiéter selon les spécialistes et doivent contrôler régulièrement leurs opérations.

Rébellion contre SAP, le Microsoft allemand. Les petites et moyennes entreprises qui se sont équipés des suites logicielles du groupe SAP, le premier fournisseur pour les entreprises dans le monde, sont soumises à forte contribution. Le groupe a décidé de faire passer le coût des services de veille, d'entretien et de mise à jour de ses produits de 17 à 22% du prix de la licence à l'achat, souligne le Financial Times Deutschland . Pour certains cette hausse représente un coût disproportionné. Certains clients de SAP soulignent par ailleurs que la situation économique actuelle les contraints à réduire leurs dépenses. Les bières Biturger, le fabricant d'équipement ménager Miele, ou le ville de Münich font partie des mécontents, qui coordonnent actuellement leur rébellion au sein d'une association, la DSAG. Mais la résistance leur est difficile. Car la plupart de leurs opérations administratives et comptables sont depuis des années effectuées avec du matériel SAP. Elles dépendent donc de fait de son quasi-monopole. Passer aux services d'un concurrent tels que le groupe Oracle leur coûterait énormément en temps et en investissements. Pour l'instant donc, SAP fait la sourde oreille aux critiques et souligne que ce ne sont pas les associations de mécontents qui achètent ses logiciels mais ses clients. L'entretien lui rapporte ensuite régulièrement. Il constitue des années durant pour le groupe informatique une part respectable de son bénéfice. La hausse envisagée devrait lui permettre d'encaisser environ un milliard d'euros.

vendredi 5 décembre 2008

Salaire minimum en panne** TSG résiste contre Koch** Crise pire que prévue** L'Allemagne encore coupée en deux** La famille Merckle fait les frais des folies du patriarche** Merkel mise à l'écart*

Le salaire minimum fait à nouveau flop. Les négociations entamées depuis l'été par un groupe de travail des partenaires de la grande coalition, sociaux démocrates et chrétiens démocrates, sont dans l'impasse. Le SPD et la CDU ne parviennent pas à s'entendre pour établir un salaire minimum garanti dans huit branches qui ne sont pas couvertes actuellement sur cette question. Le SPD serait responsable de l'impasse, selon la CDU, qui s'affirme prête à légaliser un salaire minimum dans plusieurs secteurs d'activité, dont les soins à domicile, la surveillance et la sécurité, les entreprises spéciales de travaux miniers, rapporte le Tagesspiegel. Mais les sociaux-démocrates se refusent à conclure tout accord si le travail à temps partiel n'est pas également concerné. Il existe par ailleurs déjà des salaires planchers, en dehors des accords salariaux paritaires, pour 1,6 millions d'ouvriers du bâtiment, d'entretien des immeubles et pour les postiers des entreprises concurrentes de la Deutsche post. Le patronat s'affirme hostile à une intervention étatique dans la négociation des salaires sur le marché du travail. Le ministre du travail social démocrate Olaf Scholz, SPD, estime que les négociations actuelles constituent tout de même un « pas en avant » et restent «sur  la bonne voie ».

"TSG" marque des points face à Roland Koch. Thorsten Schäffer-Gümbel, "TSG", le candidat du SPD qui remplace Andrea Ypsilanti pour affronter le ministre président démocrate chrétien de Hesse, Roland Koch, a dû faire face à une offensive de dénigrement médiatique jamais vue depuis des décennies. Tout y est passé ou presque depuis son nom, Thorsten Schäffer-Gümbel, ridiculisé en Mümpel, Stümpel, Dümpel, Pümpel, Gimpel, Simpel (nigaud) , jusqu'à son « absence de menton », sa tête de forme oblongue, nouvelle sorte de fruit venue de Hesse ou l'on se demande s'il reste de la place pour l'esprit, ou ses lunettes -dont il a finalement changé la monture- et sa myopie. Gümbel est en fait le nom de sa femme qu'il a accolé au sien propre. TSG est marié avec Anette Gümbel, historienne, le couple a trois enfants. Jamais dans l'histoire de la République fédérale on n'avait vu un homme politique maltraité avec tant de haine à propos de son nom ou de son apparence. Il semble que l'on assiste là à un tournant dans la culture allemande de la polémique (si tant est que l'on puisse parler de culture), note Spiegel on line. Auparavant on s'interdisait les blagues à propos des noms. Andrea Ypsilanti a fait la première les frais de la nouvelle tendance et fut baptisée dans la presse, « Lügilanti » (la menteuse), « Trickslitanti » (la tricheuse), ou « Tchüssilanti » (Tchüss=bye). Mais TSG a visiblement le sens de l'humour et l'aplomb nécessaire face à ces attaques. Il soulignait par exemple lors de son discours inaugural de candidature au parlement de Hesse en s'adressant à son concurrent Roland Koch : » de toute façon vous et moi ne faisons pas le concours du top-model allemand, et encore je crois que je gagnerais la compétition ». Roland Koch ne semble pas tirer grand parti de l'affrontement d'ailleurs. Dans un sondage publié aujourd'hui, il stagne à 41% contre 34% pour TSG, qui était encore un inconnu il y a trois semaines, note Spiegel on line. Le SPD par contre est en très mauvaise posture face à la CDU et paie le tribut de l'échec d'Andrea Ypsilanti face à Roland Koch, initié par quatre de ses propres camarades. Mais 49% des électeurs se disent encore indécis à quelques 50 jours du vote.
TSG interviewé "gentiment" à "café Einstein". (You Tube)


La crise en Allemagne sera pire que tous les pronostics. Selon le Professeur Norbert Walter, chef économiste de la Deutsche-Bank, la crise va frapper l'Allemagne encore plus fort que tout ce qui est prévu. La récession pourrait aller jusqu'à un taux de décroissance (!) de -4% rapporte le Bild. Cette projection a environ 1 chance sur 3 de se réaliser. Ce serait alors la crise la plus dure jamais connue depuis la fondation de la République fédérale.

L'Allemagne toujours coupée en deux. Selon une étude qui vient d'être publiée par le sociologue de Bielefeld, Wilhelm Heitmeyer, 64% des Allemands de l'est se considèrent toujours comme des citoyens de seconde zone, dévalorisés et défavorisés, rapporte le Tageszeitung. Les allemands de l'ouest par contre, une forte proportion d'entre eux au moins, ne se sentent pas récompensés à la hauteur de leur contribution par l'estime de leurs concitoyens de l'est.

La famille Merckle fait les frais des spéculations du patriarche. En spéculant à tord sur la chute de l'action VW, Adolf Merckle, cinquième fortune allemande, a grillé environ 1 milliards d'euros. Les banques auxquelles il fait appel pour se re-financer exigent donc de lui de sérieuses garanties. La famille n'y coupera pas, estime son fils Philippe Daniel, et devra vendre sans doute l'entreprise pharmaceutique Ratiopharm, spécialiste des médicaments génériques, ainsi que d'autres de ses participations. Le groupe familial comprend également Heidelberg Cement, matériaux de construction, et Phoenix, commerce des médicaments, il réalise 30 milliards de chiffres d'affaire et emploie environ 100 000 personnes, note le Financial Times Deutschland.

Berlin mis à l'écart par Londres, Paris et Barroso. Angela Merkel n'a pas été invitée à la réunion qui se tient lundi à Londres entre Sarkozy, Brown et le président de la commission européenne, a propos de la crise. Officiellement on assure à la chancellerie que ce « sommet » n'a rien que d'ordinaire. Mais selon le Berliner Zeitung qui titre : « les grands de l'Union évitent Merkel », l'irritation est perceptible dans les cercles du gouvernement.

jeudi 4 décembre 2008

Bons d'achats, une idée contestée** Croissance des "travailleurs pauvres" et chute du chômage** L'enfance touchée par la crainte des lendemains*

500 euros pour tous en bons d'achats pour la relance. L'idée est avancée notamment par le député social-démocrate Karl Lauterbach, et par l'économiste Kar Gustav Horn de l'institut de macro-économie, proche des syndicats. Les mesures prises jusqu'à présent par le gouvernement pour contrer la récession semblent en effet insuffisantes. Les services fiscaux attribueraient donc aux ménages un ou des bons d'achats d'une valeur totale de 500 euros pour relancer la consommation, rapporte le Tageszeitung. Les bénéficiaires devraient en faire usage dans les deux mois suivant leur émission et contribuer personnellement aux achats pour un montant de 250 euros. Une participation dont les titulaires de l'aide sociale ou de prestations chômages seraient dispensés, cependant. Au total, le coup de pouce pour contrer la crise se chiffrerait à environ 40 milliards dés le début de l'année 2009. Peter Bofinger membre du conseil des économistes du gouvernement recommande cependant de limiter la distribution de tels bons d'achats selon les revenus, et de les réserver aux moyens et bas salaires. Au sein de la coalition gouvernementale ces propositions sont contestées entre autres parce qu'elles rappelleraient trop les tickets de rationnement d'une autre époque. On préférerait attribuer des avantages fiscaux aux ménages et verser une prime exceptionnelle aux bas revenus qui ne paient pas d'impôts. Mais toute perspective de bons ou de subventions d'achat compte également ses adversaires résolus note le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le ministre des finances Peer Steinbrück (SPD) s'y oppose. Comme le ministre de l'économie, Michaël Glos (CSU), qui souligne que ce qui peut sembler être une belle idée à la veille de Noël, ne résoudra en fait aucun des problèmes de la crise et laissera une note salée sur le budget de l'état.

Croissance significative des « travailleurs pauvres ». La chute du chômage va de pair avec la croissance des emplois précaires. 1,36 millions de salariés sont contraints aujourd'hui d'avoir recours à l'aide social pour vivre rapporte Spiegel on line. 600 000 perçoivent un salaire (temps partiel ou temps plein) entre 400 et 800 euros brut qui ne leur assure pas les moyens de subsistance nécessaires. 700 000 sont titulaires de l'aide chômage et d'un mini-job. Les emplois rémunérés de 400 à 800 euros brut ont augmenté de 50% de 2005 à 2007. Le nombre des salariés qui reçoivent l'aide sociale et perçoivent un salaire de 800 euros et plus s'est accru de 40%. La croissance des salaires précaires s'explique entre autres par l'absence d'un salaire minimum pour l'ensemble des branches en Allemagne. Le revenu minimum mensuel garanti (Harz IV) est de 356 euros.

Les enfants stressés par les problèmes sociaux et familiaux de leurs parents. Ils ont peur des araignées évidemment, ou de la chute de leur club de foot préféré en division inférieure. Mais la crainte de voir leur père au chômage s'est accrue également chez les jeunes, comme la peur de voir leurs parents se séparer. Les catastrophes environnementales, la mort, et même l'école les stressent également. Leurs relations avec leurs parents sont les plus importantes, leur besoin de sécurité s'est accru (58% contre 48% en 2006). L'amitié est pour eux décisive, suivie de la loyauté, de la confiance, et de la protection de l'environnement. L'argent, les biens, ne leur semblent pas si important. Ce portrait résumé par le Tagesspiegel est tiré d'une enquête du magazine Geolino et de l'Unicef auprès de 911 jeunes et de 706 mères de famille. 2,5 millions d'enfants dépendent de l'aide sociale et partagent les craintes et angoisses de leur entourage quant à l'avenir. La transmission des valeurs dépend pour 98% des jeunes de l'exemple de leurs parents. Les garçons et et les filles partagent sensiblement les mêmes idéaux. Mais les premiers se disent plus attachés aux valeurs telles que le courage, la réussite, la force de conviction, l'argent, qui dépendent de la répartition des rôles sexuelles, et leur sont transmises par l'exemple de leur père. 81% d'entre eux revendiquent d'abord une enfance sans violence. 71% jugent décisive la possibilité de voir régulièrement leurs parents, père et mère, en cas de séparation. L'unicef veut utiliser ces données pour faire progresser les droits de l'enfance.

mercredi 3 décembre 2008

Générosité climatique pour l'auto à Bruxelles** L'Allemand cherche sa place dans la constitution** Le mouvement "Pro-reli" contesté du sein des églises

CO²: le cadeau de Bruxelles améliore le climat pour les constructeurs automobiles. Le parlement, la commission européenne ont finalement cédé au de lobby de l'automobile souligne Spiegel on line. La perspective de réduire les émissions de C0² à 120 gr/km en 2012 est abandonnée. La limite est repoussée à 134 gr et même à 151 gr, puisque les innovations écologiques sur la climatisation, les garnitures, la peinture, pourront valoir au véhicule un bonus équivalent CO² jusqu'à 17 gr/km. A l'origine les constructeurs s'étaient engagés à atteindre la limite des 140 gr en 2008 pourtant. 80 modèles de voitures remplissent déjà en Allemagne les conditions émises par Bruxelles aujourd'hui. Les incitations à l'achat de véhicules propres font par ailleurs défaut à la panoplie des mesures européenne pour la réduction des émissions nocives. Tandis que la France accorde un bonus de 5000 euros pour les véhicules émettant moins de 60 grammes, les USA envisagent d'accorder un avantage fiscal allant jusqu'à 7000 dollars pour l'achat d'une voiture écolo, et de rénover leur parc automobile gouvernemental avec des véhicules hybrides.

La référence à la langue allemande dans la constitution ne va pas de soi. Le congrès de la CDU a voté contre les voeux de la direction du parti et d'Angela Merkel un texte présenté par Peter Müller, ministre président de Sarre, qui revendique l'inscription dans la constitution de la langue allemande comme langue de l'Allemagne rapporte die Welt. C'est un des composants qui constituent la nation allemande selon lui. La chancelière ne soutient pas cette revendication aujourd'hui. Elle redoute une inflation d'amendements constitutionnels, et souligne qu'il y déjà des demandes du même type à propos des droits des enfants, du sport, de la famille, ou de la culture. Le SPD estime également qu'il y a d'autres amendements plus urgents. La CSU n'est pas d'accord quant à elle et juge que ce « serait un comble pour la société allemande que d'être obligé de préciser quelle est sa langue dans la constitution ». La communauté turque redoute de son côté une pression croissante à l'assimilation. Le Conseil central des musulmans souligne que l'Allemand est déjà « langue officielle » et cite par ailleurs les minorités danoises et sorabes en Allemagne qui seraient également frappées par une telle distinction. Les libéraux du FDP enfin sont contre cette « manoeuvre dilatoire populiste », qui évite ainsi à la CDU d'évoquer dans la constitution le rôle fondateur de la culture, dont la langue n'est qu'une composante.

Opposition au sein des églises à propos du référendum d'initiative populaire "pro-reli" à Berlin. L'église catholique et l'église protestante vont réunir à Berlin un « sommet  pro-reli» pour renforcer le soutien au mouvement qui revendique l'organisation d'un référendum dans la capitale allemande, afin d'y rétablir le cours d'enseignement religieux obligatoire, à égalité avec le cours d'éthique qui a été instauré pour tous les élèves. Le cours religieux devenant ainsi facultatif. Mais une contre initiative des « chrétiens pour l'éthique », conteste cette démarche, note le Tagesspiegel. « Je ne souhaite pas qu'un enfant musulman entende parler de l'homosexualité seulement dans un cours religieux islamique, ou qu'un jeune catholique entende seulement ce que dit son église à propos de l'avortement », explique par exemple le pasteur de la französischen Friedrichstadtkirche, lieu de culte de la communauté protestante française à Berlin. « Pro-reli est une initiative politique et nous ne sommes pas d'accord avec », assure de son côté la communauté protestante de Baumschulenweg. Une opposition très minoritaire au sein des églises. Mais le mouvement pro-reli qui a rassemblé jusqu'ici 70 000 signatures devra lde son côté en recueillir 100 000 de plus d'ici fin janvier pour atteindre son but. Selon un sondage du GEW, le syndicat enseignant, 53% des Allemands seraient favorables à un cours d'éthique commun à tous les élèves, quelle que soit leur confession.

mardi 2 décembre 2008

Succès pour Angela** La CSU contredit la grande soeur** Frein sur le travail féminin** Automobile bon marché made in Germany** L'école point noir de la coalition CDU-Verts à Hambourg

Joli succès pour Angela Merkel, la chancelière du « rien ne change » selon Spiegel on line, réélue présidente de la CDU avec 94,8% des voix. Les délégués attendaient un peu de « pathos », d'émotion, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, mais la chancelière est restée de marbre face à la crise, faisant l'éloge de la patience et rejetant toute compétition dans la panique, toute course aux milliards de subventions et toute solution miracle proposée par des experts auto-proclamés. Il faut attendre et voir avant de prendre éventuellement de nouvelles mesures, le gouvernement se penchera sur la question en janvier. La chancelière a été ovationnée à la fin de son discours. Celui-ci n'a pourtant pas enthousiasmé les congressistes, souligne le quotidien de Francfort. Merkel a certes énuméré les succès de sa grande coalition, moins de trois millions de chômeurs, deux millions de personnes avec un emploi de plus que sous Schröder, l'emploi des jeunes au plus haut depuis la réunification. Mais les délégués savent que ce bilan aura perdu son actualité en 2009 dans la campagne qui vient. L'équilibre budgétaire, la maîtrise de la dette, le but affiché par la coalition depuis des années n'a par ailleurs pas été atteint. Le déferlement de la crise financière a ruiné ces espoirs. La chancelière se contentera de citer pour fonder ses déclarations la ménagère souabe (région du Bad Würtemberg) qui « sait que l'on ne peut pas vivre longtemps au dessus de ses moyens ». Pas de quoi déchaîner l'enthousiasme. Nombre de délégués attendaient, à l'exemple de ceux du Land de Rheinland pfalz, une perspective concrète en ce qui concerne les réductions d'impôts. Ils doivent se contenter d'une promesse électorale pour l'après 2010. Il leur sera difficile d'expliquer à leurs électeurs que la CDU ne fait pas maintenant, dans une situation ou la conjoncture a besoin de souffle, ce qu'elle promet pour plus tard dans son programme électoral, souligne Spiegel on line.

La CSU contredit la grande soeur, la CDU. Horst Seehofer ne partage pas du tout la politique attentiste d'Angela Merkel à l'égard de la crise note le Tageszeitung. La réduction des impôts est urgente selon lui pour redonner du souffle à l'économie et la décision de la chancelière de renoncer à une telle mesure est une erreur. La CSU milite pour que cette baisse des impôts soit mise en oeuvre avant les élections fédérales de septembre 2009.

L'Allemagne freine le travail des femmes. Une étude de l'Université de Duisbourg, publiée par le Frankfurter Rundschau, souligne l'écart croissant entre l'emploi des hommes et des femmes. Les femmes ont en moyenne une semaine de travail de trente heures, la durée la plus réduite en Europe avec la Hollande. Un nombre croissant d'entre elles occupent un emploi à temps partiel, dont la durée moyenne est de 18 heures par semaine. L'emploi à plein temps féminin se situe largement au dessous de la moyenne européenne. Le taux d'emploi des mères de deux enfants a été réduit de 11%. L'écart des salaires est de 22% au détriment des femmes. Un taux qui n'est dépassé en Europe que par Chypre et l'Estonie.

L'industrie automobile allemande pourrait construire des voitures bon marché. Les Allemands sont devenus les ingénieurs de l'automobile mondiale selon Engelbert Westkämpfer, spécialiste de l'institut Fraunhofer, qui souligne dans les colonnes du Süddeutsche Zeitung que l'essentiel du développement des modèles de General Motors est réalisé à Rüsselsheim, dans les bureaux d'études d'Opel. L'industrie allemande a certes pris du retard dans la construction de voitures hybrides, domaine dans lequel les japonais sont en tête. Mais il n'est pas certain que ce soit le modèle de véhicule de l'avenir. La traction électrique est la véritable solution du futur. Les gros modèles, la spécialité de l'industrie automobile allemande, sont actuellement mis en cause par la crise, mais les constructeurs ont les moyens de les y adapter avec de nouvelles technologie. Ils ne devraient pas laisser par ailleurs le marché des véhicules bon marchés à des constructeurs tels que Renault-Dacia. Volkswagen aurait les moyens de sortir également ce type de voiture à moins de 10 000 euros. Cette possibilité se heurte cependant aux exigences de qualité des acheteurs de véhicules allemands, contradictoires avec l'équipement succinct des véhicules bas de gamme.

La coalition CDU/verts de Hambourg confrontée à la politique scolaire. Les récents sondages soulignent que les électeurs hambourgeois apprécient plutôt la première coalition rouge-noir qui dirige actuellement la ville état. La CDU recueille 44%, et les Verts 11% des préférences des électeurs sondés. Une croissance de 1,4% pour l'un et l'autre par rapport aux résultats enregistrés aux dernières élections. Le SPD et les libéraux eux reculent légèrement, tandis que la Gauche reste à peu près stable signale le Hamburger Abendblatt. Mais la politique scolaire adoptée par la coalition sous la pression des Verts: la création de collèges uniques destinés à remplacer les trois établissements scolaires dans lesquels sont répartis les écoliers après l'école primaire ne fait pas l'affaire des sondés. 22% seulement l'approuvent contre 69%. 60% des électeurs verts eux même sont mécontents sur cette question.

lundi 1 décembre 2008

ANGELA MERKEL BOUSCULÉE PAR LA CRISE

Angela Merkel, "hésitante", "sans audace", "Madame no": le Frankfurter Allgemeine Zeitung énumère les étiquettes que les critiques attribuent à la chancelière qui leur parait dépassée face à la crise. Merkel s'adresse au congrès de la CDU aujourd'hui à Stuttgart. Elle sera élue pour la quatrième fois à la présidence du parti, et avait recueilli 93% des voix il y a deux ans. Elle devrait encore afficher un beau score car la CDU tient à se présenter unie à la veille d'une super année électorale 2009. Les critiques à l'égard d'Angela Merkel devraient donc être mesurées, voire effacées. Notamment parce que les vice-présidents de la CDU qui pourraient saisir l'occasion pour faire apparaitre leurs différences, ne veulent pas risquer de faire les frais de la critiques lors de leur propre réélection (!).

La "chancelière sans audace" fait également la page une du Spiegel cette semaine, avec un portrait de Merkel retouché, renfrognée, boudeuse. L'hebdomadaire détaille son absence de réponse convaincante à la crise, selon lui. Elle a bloqué d'emblée toute revendication de réduction des impôts à l'ouverture du congrès de la CDU qui se tient jusqu'à mardi et rejette obstinément toute nouvelle mesure de relance préconisée par Bruxelles, parce que l'Allemagne en fait déjà assez comme ça. Ce dont les autres pays ne semblent pas persuadés, souligne die Welt. Le quotidien souligne que ce qui est nouveau avant tout c'est que la « Madame monde » jusqu'ici, soit si mal notée aujourd'hui sur la scène internationale. Là ou justement elle pouvait encore agir il y a peu comme une « super-diplomate ».

Sa politique de gestion de la crise à petits pas a ses partisans néanmoins. Philippe Mißfelder, président des jeunes démocrate chrétiens, souligne dans le Frankfurter Rundschau, qu'il pourrait être très dangereux de répondre à la dépression actuelle par une baisse généralisée des impôts pour soutenir la conjoncture, comme le revendiquent ceux qui critiquent la chancelière. Une telle mesure mettrait en danger la politique d'équilibre budgétaire du gouvernement et fragiliserait du même coup l'état tout en transmettant aux générations futures le poids de la dette.

Le quotidien économique Handelsblatt compare lui le congrès de la CDU à un congrès virtuel, qui va prendre des décisions totalement coupées de la réalité. La réforme des impôts qui doit y être adoptée ne pourra ainsi être mise en oeuvre qu'en 2010 après les prochaines élections, si la CDU peut constituer une majorité avec les libéraux du FDP. Et encore faudra-t-il que l'Allemagne ne plonge pas d'ici là dans une dépression profonde. Sinon la réforme en question connaitra le même sort que les promesses engrangées au congrès de la CDU de Leipzig en 2005, qui n'ont jamais été appliquées.
Wolfgang Schäuble, ministre de l'intérieur démocrate chrétien et bras droit d'Helmut Kohl en son temps, dépasse quant à lui toutes les bornes de la solidarité gouvernementale selon le Financial Times deutschland. Il n'hésite pas à conseiller un changement de politique économique qui rompe avec un respect trop tatillon de l'équilibre budgétaire pour rechercher le bon "mix" entre la politique de l'offre classique et une politique de la demande, « oui même d'inspiration keynesienne », insiste le quotidien économique pour souligner la rupture du tabou.


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite