Le ministre de la santé libéral, accusé de vouloir planifier le marché du médicament |


Les Allemands sont satisfaits comme nulle autre nation de leurs médecins, cliniques et caisses de sécurité sociale Ils redoutent en même temps que ce système ne soit à la veille de la faillite. Ses réformes permanentes au fil des décennies l'ont rendu très difficilement compréhensible, son rôle économique s'est accru en même temps. Son chiffre d'affaire s'élève à 234 milliards, plus qu'aucune autre branche, estime le Süddeutsche Zeitung . Et si beaucoup prétendent le contraire, rares sont ceux qui veulent vraiment le faire évoluer. Le ministre de la santé actuel, Philip Rösler, libéral (FDP), vient à peine d'évoquer son projet de réguler les prix des médicaments, que les hauts cris se font entendre du côté de l'industrie pharmaceutique.
On parle déjà d'économie planifiée, de folies qui vont coûter cher. Autant de déclarations qui visent à conserver le privilège de gagner le maximum d'argent.
C'est légitime, l'industrie pharmaceutique n'a pas de contrat social, ses entreprises veulent faire des profits comme dans l'automobile ou chez les géants du logiciel. Cela coûte certes des millions d'euros d'investissements et de recherches. Mais les revenus des fabricants de médicaments sur le marché allemand pourraient faire envie même au chef de la Deutsche Bank, Josef Ackermann.
Les caisses sont contraintes de rembourser tous les médicaments reconnus. Elles doivent accepter le prix des nouveaux remèdes que fixent eux même les entrepreneurs. Il ne reste plus ensuite qu'à trouver le médecin qui les prescrits. L'industrie a constitué un réseau efficace avec formation, software gratuit et aux avantages. Du coup les dépenses de santé ne cessent de croître -de 5% dernièrement. Quelles que soient les mesures d'épargne et les deux douzaines de prix fixes.
Rösler veut changer la donne pour autoriser les caisses à négocier à l'avenir le prix des médicaments.
Faute d'accord l'institut public jugerait de leur utilité et fixerait leur coût.
C'est une idée intéressante mais trop timide, qui risque de désavantager les plus petites caisses qui ne feront pas le poids. A l'inverse les grosses pourraient constituer une entente avec les producteurs et renforcer encore leur puissance. La solution la plus simple et la meilleure, est à portée de main, mais briserait une tradition allemande. L'institut pour la qualité et l'efficacité des médicaments devrait d'abord juger de l'utilité des produits avant que les caisses ne soient contraintes de les rembourser. Et sur la base de ces résultats leurs prix serait négocié. Un système qui fonctionne depuis des années en grande Bretagne, sans déclencher d'hystérie, souligne le quotidien münichois.
Pour l'association de protection des consommateurs une réforme radicale serait nécessaire pour mettre fin à la concurrence caisse publiques, caisses privées. Ce serait la seule manière d'assurer une certaine justice dans le partage des frais de la santé et l'accès au soins médicaux de qualité, rapporte le Tagespeigel. Qu'une prestation identique puisse avoir une valeur très différentes, selon la caisse à laquelle on appartient, est incompréhensible et inefficace pour l'ensemble du système. Les assureurs privés n'ont d'ailleurs guère de perspective quant à l'avenir par ailleurs, et attendent l'occasion de sortir d'un marché dans lequel leurs offres d'accès aux soins sont illimités et leurs assurés de plus en plus vieux, alors qu'ils n'ont pas la possibilité de négocier les prix des prestataires.
Et si finalement on en venait à l'instauration d'une prime unique de 150 euros par tête, la fameuse "Kopfpauschal", égale pour tous les assurés, rares seraient les hauts revenus qui iraient encore s'assurer dans les caisses privées, tant que l'accès à des soins particuliers serait garantis à bien meilleur prix par des assurances complémentaires. La prime unique de santé, chère à Philip Rösler ne serait pas une catastrophe estime l'association de protection des consommateurs, mais ce ne sera pas non plus la décadence complète si l'on en reste au système contributif proportionnel aux revenus.
Car la réforme fétiche du ministre de la santé a de toute façon peu de chance de voir le jour estime le Berliner Zeitung. Rösler pensait que la CSU qui y est hostile finirait par se calmer. C'était une grave erreur d'appréciation.
Il pensait avoir la CDU et Angela Merkel à ses côtés, ça ne colle pas non plus. Rösler a oublié que que le chef de la CSU, Horst Seehofer a déjà remis sa démission de la direction du groupe parlementaire démocrate-chrétien parce qu'il rejetait la fameuse prime unique "par tête", que voulait imposer Angela Merkel. C'est peut être un populiste mais il est ferme dans ses principes et la préservation du système de santé solidaire actuel, par répartition, en fait partie.
Même la CDU est en train d'abandonner le projet. Angela Merkel n'évoque plus que de façon nébuleuse la réforme de la santé.
Si les groupes pharmaceutiques et leurs lobbies font trainer à loisir les négociations sur le prix des médicaments, il ne restera donc pas grand chose des projets de réformes du ministre libéral de la santé.


Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/tb.php?id=570

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite