Winnenden, la vie après | Berlin, sauvez la musique | demandeur d'asile mort en prison | Westerwelle voyages en famille |


La vie après. Il y a un an le jeune Tim K tuait quinze personnes à Winnenden dont 9 élèves et un professeur du collège ou il avait été écolier. Hardy Schober, a perdu sa fille Jana et raconte sa vie et son combat, depuis un an, dans le Berliner Zeitung.
Il est devenu un autre homme, membre-fondateur de l"Aktionsbundnis Amoklauf Winnenden" -"Amoklauf" désigne en Allemand la tuerie- et de la «Fondation contre la violence à l’école», qui mobilisent une bonne part de son temps. "Janna et les autres quatorze victimes ne doivent pas être morts pour rien". C’est pourquoi il se bat.
Le durcissement de la loi sur l’armement, le renfort des contrôles dans les clubs de tirs ou chez les particuliers entreposant des armes n’aurait pas eu lieu sans l’action du Bundnis estime-t-il. Des centaines de personnes ont rendu les armes entreposées chez elles qui ont été détruites. Les réactions ne se sont pas faites attendre. Les lettres injurieuses reçues avec nom, adresse, adresse email et numéro de tel de leurs auteurs ne manquent pas. «Ne me piquez pas mon hobby. Avec votre action de missionnaire j’ai les nerfs». La collecte des jeux violents pour les faire disparaître, organisée par l’Aktionsbundnis, a été comparée par certains à la censure des nazis contre la culture.
Son voisin qui a réalisé gracieusement le site web de l’association s’est vu retirer d’autres contrats en raison de sa collaboration avec «ceux qui tentent de déposséder les détenteurs d’armes légales de leurs droits».
Daimler dont le siège n’est pas loin de Winnenden a retiré son soutien de départ. Schober suppose que c’est parce qu’ils fabriquent des armes. «Ils auraient soutenu des victimes silencieuses, mais pas des parents qui veulent changer les choses". Il n’en a pas moins décidé de poursuivre son action contre l’accès aux armes, la prolifération des jeux violents. «C’est le but de ma vie et nous y arriverons".

*Daniel Barenboïm, Marek Janowski, Simon Rattle, les trois chefs des trois grands orchestres berlinois, les directeurs, directrices des opéras et salles de concert ont signé un appel au ministre de l’enseignement de la ville-état afin que les cours de musique ne soient pas supprimés dans les collèges. Autant d’institutions qui craignent pour leur avenir commente le Tagesspiegel. Car sans public pas de vie musicale.
La protestation est donc en partie égoïste. Sans une certaine formation, éducation qui débute à l’école pas d’avenir pour la musique. L’appétit vient en mangeant , mais il faut entraîner les goûts et qui s’ennuie à mourir en entendant Wagner et Beethoven ne se déplacera pas une seconde fois.
"Une tradition risque de disparaître, une culture que le monde nous envie». «Qui grandit sans la musique est socialement moins compétent, a plus de difficultés à se concentrer, a plus de mal à écouter et à lier ses pensées. Qui est éduqué sans la musique est défavorisé. En particulier en ce qui concerne la musique classique qui s’adresse à la fois à l’esprit et au sentiment, à la tête et au ventre, à l’homme en entier.»

*Un jeune georgien, demandeur d’asile et censé être mineur, s’est suicidé en prison à Hambourg avant son expulsion, souligne le Tageszeitung. David M qui s’affirmait âgé de 17 ans -il devait être âgé en fait plus âgé-, avait déjà vu ses demandes d’asile rejetées en Suisse et en Pologne. Mais sa mort a déclenché en particulier la polémique, car censé être mineur il aurait dû être sous la surveillance des services de la jeunesse -Jugendamt- et non en prison. Les termes de la convention de l’Onu pour les droits de l’enfant l’exigent, l’Allemagne en est signataire mais n’en applique pas tous les articles en ce qui concerne les expulsions notamment.
A partir de 16 ans les réfugiés y sont considérés comme des adultes. Après la mort de David M, le ministre de l’intérieur de Hambourg envisagerait de ne plus expédier de jeunes mineur dans les prisons d’expulsion, souligne le quotidien berlinois, alors que dans les autres Länder dirigés par l’Union chrétienne on refuse tout changement de cette pratique jusqu’ici.

*Guido Westerwelle, le ministre des affaires étrangères d’Angela Merkel fait face à une vague de critiques croissantes sur ses déplacements à l’étranger ou il se ferait accompagner par des entrepreneurs connus pour avoir versé des fonds de soutien à son parti, le FDP. La présence de son compagnon Michael Mronz, à ses côtés, est également mis en cause. Celui-ci utilise-t-il ces déplacements pour ses affaires. Le FDP et Westerwelle rejettent ces critiques sans fondement. Mais selon les dernières informations souligne le Süddeutsche Zeitung, la firme du frère du ministre aurait également été représentée dans la délégation du récent voyage officiel en Asie.
Au ministère des Affaires étrangères la grogne s’installe: depuis la prise de fonction de Westerwelle, voici cinq mois, les polémiques dans les médias et les titres négatifs à l’égard de Westerwelle ont pris le pas sur les vrais questions de politiques étrangères que doit traiter le ministre


Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/tb.php?id=572

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite