Social-Maserati l'ascension et la chute | Les Allemands déplacés, une mémoire impossible |


Ascension et chute d’un patron social. L’aide au défavorisés n’était pas le premier des soucis de Treberhilfe, l’association crée par Harald Ehlert, l’homme à la Maserati. Elle était avant tout un moyen de s’enrichir pour l’entrepreneur «social». Celui qui s’octroyait un revenu dont la chancelière pourrait rêver -pour ne pas parler de la Maserati et de la villa avec domestiques au bord du lac Schwielowsee s’est servi sur le dos des pauvres de Berlin, souligne le Tagesspiegel.
Son entreprise est aujourd’hui au bord du gouffre. On va lui couper les vivres pour détournement de biens sociaux. Mais que savait exactement le sénat? Sa représentante au conseil d’administration de Treberhilfe qui se plaint aujourd’hui de son manque de transparence, fut responsable de la politiques sociale de Berlin. La justice doit donc enquêter sur ce que savaient le SPD et le parti la Gauche, qui gouvernent de concert la capitale. Ehlert n’a jamais dissimulé comment on faisait de l’argent dans le social. Mais il n’était jamais venu à l’idée des politiques visiblement de s’interroger sur ses revenus, souligne le quotidien.
Comme souvent c’est un détail qui a étalé le scandale au grand jour. Un radar contrôlant la Maserati d’Ehlert, sa «voiture de fonction». «S’il avait choisit une Audi ou une Mercedes il n’aurait sans doute pas eu de problème et serait toujours à la tête de son entreprise florissante. Mais il aurait fallu pour cela un peu de cette modestie qui fait défaut au fondateur de Treberhilfe, constate le Berliner Zeitung».
En novembre 2008 le boss dont l’entreprise affiche un chiffre d’affaire de 12 millions et emploi 280 salariés, s’était fendu d’une publicité d’une demi page pour féliciter le président Obama de son élection. Un travailleurs social comme lui. Ehlert se sentait à sa hauteur. Ceux qui ont eu à faire à lui au cours des dernières années assurent qu’ils ont tous eu des doutes quant à son sérieux. On le dépeint même comme un mafioso avec ses lunettes et son manteau de cuir.
Ancien élu du SPD il a fondé sa société en 2006. Avec 15500 euros de départ celle-ci avait quatre ans plus tard un capital d’un million et de nombreux biens immobiliers. Il possédait un bon réseau d’influence à Berlin, du temps ou il était député.
Ses collaborateurs devaient trouver en permanence de nouveaux clients, de nouvelles personnes dans le besoin. «Il a toujours une bonne solution en poche que ce soit pour de jeunes criminels ou de jeunes maires célibataires sans ressource. Tandis que d’autres en sont encore à réfléchir, Ehlert présentait déjà sa solution se souvient l’un de ses anciens concurrents du SPD.»
Sa recette était simple au fond. «Une bonne addition pour le financement des journées d’aide aux personnes défavorisées, du marketing et un salaire de misère pour ses employés. Les coûts de personnel représentaient 60% du chiffre d’affaire, contre 80% en moyenne dans des entreprises de ce type». Mais le Sénat et la fédération des associations sociales ou il était affilié soutiennent beaucoup trop de projets pour les contrôler en détail, estime le Berliner Zeitung.
Ehlert avait organisé en février une conférence à la mairie de Berlin Schöneberg à laquelle assistaient le chef du SPD berlinois, celui de la fédération des associations sociales et celui de la Diakonie -les oeuvres sociales de l’église protestante. Il y démontrait qu’une entreprise sociale devait être rentable et soulignait avec fierté que la sienne assurait un taux de rentabilité de 15%! C’était quelque jours avant le radar fatal qui fit de la Maserati l’emblème fatal du patron social de Treberhilfe.

*La fondation en mémoire des Allemands déplacés après la guerre reste sujette à débat, souligne le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le travail de mémoire est une spécialité allemande. Aucun autre pays ne s’est confronté ainsi avec ses propres crimes.
Il est par contre été incapable de s’entendre jusqu’à présent sur le souvenir qu’il doit accorder aux victimes allemandes des états voisins après la guerre. La création de la fondation-mémorial consacrée aux fugitifs, aux peuples déplacés, et à la réconciliation avec les pays voisins à Berlin devait y mettre un terme. Celle-ci pourtant n’a entraîné pour l’essentiel que des réactions négatives jusqu’ici. Celà réside sans doute dés l’origine dans ses «gènes».
Elle est à la fois l’enfant de la volonté d’instituer un mémorial à la mémoire des Allemands déplacés, et de l’éviter. Erika Steibach, présidente de la fédération des Allemands déplacés, s’acharne à faire triompher la première conception, éveillant irrémédiablement la méfiance et la colère chez les Allemands -à gauche notamment- qui ne partagent pas son point de vue, et chez les voisins, en Pologne notamment ou l’on soupçonne l’Allemagne de vouloir réécrire l’histoire.
Elle a renoncé finalement à postuler à la direction de la fondation, une ambition qui avait amené les Polonais à retirer toute participation. Le calme n’est pas revenu pour autant faute de consensus sur ce que doit être la fédération-mémorial: un moyen d’intégrer ces Allemands qui ont perdu leur pays au lendemain de la guerre à la conscience nationale, ou un lieu de la réconciliation avec la Pologne?
Le dernier des polonais à renoncer à sa participation, un historien, soulignait qu’il s’agissait en fait d’un projet de réconciliation des Allemands avec eux même ou il n’avait pas place.
voir la revue de presse à ce propos


Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/tb.php?id=573

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite