Angela "Miss Europa" est devenue "Frau nein"


Amère victoire estime le quotidien des affaires Handelsblatt. Avec une obstination qui rappelle fortement Margaret Thatcher, Angela Merkel s’est imposée dans la bataille pour les crédits d’aide à la Grèce. Mais la chancelière de fer a du casser beaucoup de porcelaine.
L’addition à payer sera lourde, estime le quotidien économique. Ou trouver à l’avenir une majorité pour un président allemand de la Banque centrale européenne? La constitution indispensable d’un fonds monétaire européen est lui aussi renvoyé aux calendes grecques.
L’Euro-land a besoin de plus de transparences, de contrôle et d’une clause de sortie pour les fauteurs endurcis. Mais après la bataille grecque il y a très peu d’espoir pour une nouveau consensus. La possibilité d’expulsion des fauteurs endurcis de la zone euro revendiquée par Angela Merkel a été écartée par Nicolas Sarkozy et Gordon Brown, note le Handelsblatt. «Certains critiques reprochent à Merkel d'avoir mis en danger l'euro avec son attitude de fermeté. C'est le contraire qui est vrai estime par contre "Neue Presse" de Hannovre. Une aide aussitôt accordée à la Grèce aurait enclenché une réaction en chaine, encourageant les Espagnols, les Portugais, les Irlandais a laisser de côté leurs politiques d'assainissement budgétaire et à se reposer tranquillement sur le soutien de l'UE. Ce qui transformerait finalement le pacte de stabilité en farce et affaiblirait durablement l'euro sur le marché des changes."
Angela Merkel et la politique allemande font face à un dilemme en ce qui concerne la politique européenne aujourd’hui et demain, note le Frankfurter Allgemeine Zeitung. D’un côté la chancelière et le ministre des finances savent parfaitement qu’un pays membre de l’Union comme la Grèce -et tout autre pays éventuel à venir- ne doit pas se retrouver en situation de cessation de paiement. Les suites seraient pires encore que les conséquences de la décision américaine de laisser Lehman Brothers faire faillite.
Mais en même temps ils doivent prendre en compte l’affaiblissement du sentiment européen qui s’est manifesté à peu près depuis le déménagement du parlement de Bonn à Berlin, et qui se traduit concrètement par des déclarations comme: «les Grecs doivent s’aider eux même».
Angela Merkel triomphe, le groupe euro a approuvé le plan d’aide à la Grèce à ses conditions. Mais le prix à payer est élevé. «Miss Europa» est devenue "Frau Nein" «Madame non» pour ses partenaires européens, souligne Spiegel on line. La victoire de Merkel sur les sceptiques du FMI, la «fraction club Med" -la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et le Portugal-, était prévisible depuis mardi.
Elle pouvait se repaître chez elle d’une gloire inattendue ces derniers jours: «l’Europe se casse les dents sur notre chancelière» se réjouissait le Bild Zeitung. Merkel était à l’avant poste dans le combat contre les Grecs en faillite.
Elle a joué la chancelière de fer pendant des semaines écartant même les questions sur la Grèce. Un sommet extraordinaire de l’euro-zone proposé par la France et l’Espagne? Elle ne voyait pas de quoi on voulait parler. Puis elle a formulé trois conditions quant elle s’aperçu finalement qu’elle ne passerait pas à côté du plan d’aide, parce que les spéculateurs faisaient chuter l’euro: la participation du FMI, l’aide en dernier recours «ultima ratio», et le renforcement des contraintes du pacte de stabilité. Ne donnant d’autres possibilités aux chefs de gouvernement que de se plier à son diktat.
Les collègues de Bruxelles ont découvert un nouveau côté de la chancelière. Elle avait déjà joué au pocker, mais était toujours prête au compromis. Elle présente la nouvelle fermeté allemande comme décisive pour le futur de l’euro. Mais l'attitude de Merkel tient aussi aux échéances électorales intérieures, aux élections du Land de Rhénanie du nord en mai. Toute la question est de savoir si Merkel a vraiment rendu un service à l’Allemagne avec sa démonstration de force. L’avenir le dira.
La Dame de fer était elle le bon exemple à suivre? Depuis Margaret Thatcher les premiers ministres britanniques font valoir le «rabat britannique» à Bruxelles - la réduction de la contribution de l'Angleterre obtenue par Thatcher, ndr- une revendication qui exaspére les Allemands justement.
La participation du FMI était la seule solution possible pour Angela Merkel. Toute autre solution aurait été contraire aux traités de l’ UE, selon elle note le Süddeutsche Zeitung. Il est interdit en effet aux états membres de renflouer financièrement les autres. Le «oui» de Paris marqua le tournant de la partie de pocker.
Merkel gagna le président français à ses idées quelques jours avant le sommet. Les premiers ministres suédois, autrichien, espagnol luxembourgeois se rallièrent. La tentative du premier ministre grec Giorgos Papandreou de remonter plusieurs partenaires contre le plan franco-allemand hier matin à Bruxelles était vouée à l’échec. La chancelière resta de marbre, elle donna le ton dans la partie de Pocker et fini par s’imposer. «Elle est très heureuse, résume-t-elle, car l’Europe a démontré sa capacité à négocier et à renforcer à la fois la stabilité de l’euro tout en portant secours à un pays en difficulté».
La chancelière allemand fait appel au FMI, quarante ans après la fin du système de Bretton-woods, l’affirmation de la volonté des européens de d’intégrer leur politique monétaire, et de constituer un contre-poids au dollar avec l’euro, souligne le Frankfurter Rundschau. Elle trahit ainsi l’idée européenne et le projet européen. Car elle ne fait rien d’autre que de faire appel aux USA qui détiennent depuis toujours le droit de véto avec leur participation de 17% dans l’institution monétaire internationale.
Quelle misère! Et quelle claque contre la commission européenne et la BCE. Comme s’ils étaient incapables de résoudre un problème en Grèce, une économie qui est en gros l’équivalent du land de Hesse.
Mais la trahison va encore plus loin. Il y avait jusqu’à présent une règle d’or en Europe. Chaque crise renforçait la communauté. Maintenant elle recule. La grande faute d’Angela Merkel est d’écouter ceux auxquels l’euro n’a jamais plus. Pourquoi la chancelière n’explique-t-elle pas aux gens l’histoire et le succès de l’euro? Parce qu’elle n’ose pas ou parce qu’elle ne les comprends pas?
Énormément de gens se réjouissent de ce que Merkel ait imposé sa politique à l’égard de la Grèce. Mais la chancelière met en cause l’héritage politique d’Helmut Kohl et la solidarité de l’Union européenne, s’inquiète de son côté le Financial Times Deutschland. Il y a bien des victoires qui tournent ensuite en débâcle.
Merkel a fait plusieurs erreurs. elle a laissé tomber l’un de ses principaux ministres, Wolfgang Schäuble, hostile à l’intervention du FMI. Elle a réussi à monter contre elle la commission européenne et la banque centrale. L’Allemagne depuis des mois dit non à tout, alors qu’elle pourrait prendre la tête de l’Union en raison de son poids économique. Merkel a laissé se développer un sentiment anti-grec, anti-européen.
On a longtemps estimé qu’elle était une héritière de Kohl sur le plan de l’Europe. Cela pourrait être une erreur. Lui savait faire face aux sentiments européens «populaire» et le prouva lors de l’introduction de l’euro. Merkel, en raison de sa biographie, pourrait s’appuyer sur le fait que la réunification doit beaucoup à l’Europe. Mais la conviction européenne qui brulait chez Kohl ne semble pas l’habiter.
L’Europe vit de compromis. Nombre de revendications allemandes ont l’air maintenant d’être des diktat. Cela pourrait réduire à terme l’influence allemande, sa capacité à jouer les médiateurs.


Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/tb.php?id=584

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite