Immigration et scepticisme | Natalité, retraite, égalité des sexes, la faillite de l'Allemagne "sociale"


Les Allemands estiment leur pays beaucoup plus attractif qu'il ne l'est en réalité pour l'immigration et nombre d'entre eux regardent celle-ci avec scepticisme, même s'ils jugent sa croissance indispensable note le Tageszeitung. 70% des personnes interrogées par un sondage Emnid pour la fondation Bertelsmann, estiment que l'immigration favorise le développement de firmes internationales en Allemagne et y rend la vie plus enrichissante. 62% pensent qu'elles peut réduire les conséquences du vieillissement de la société. 50% qu'elle est nécessaire pour pallier au manque de force de travail qualifiée.
Mais les deux tiers des sondés environ estiment par contre que l'immigration renforce les charges du système social en Allemagne, les conflits avec les Allemands d'origine et les problèmes à l'école. Et moins de la moitié des sondés sont favorables à l'allègement des procédures de nationalisation, comme à la possibilité d'accéder à la double nationalité, ou au renfort des lois anti-discrimination. Autant de réticences qui se réduisent cependant dans les jeunes générations.
Les Allemands jugent malgré tout leur pays de manière extrêmement positive. Et estiment que les trois pays les plus attirants pour l'immigration sont l'Allemagne(56%), les USA (44%) et loin derrière la France(15%), la Suisse la Suède et le Canada (14%).
"L"Allemagne sous-estime l'importance d'une culture du bon accueil et sur-estime sa force d'attraction en tant que pays d'immigration", assure Ulrich Kober de la fondation Bertelsmann. « Car les personnes très qualifiées originaires de pays non membres de l'UE évitent plutôt l'Allemagne. Sans effort d'ouverture nous ne sommes pas attirants pour elles, alors que nous en avons énormément besoin pour des raisons démographiques. »
Économiquement l'Allemagne fait figure de modèle, dans le domaine des compétences sociales elle semble par contre avoir fait complètement faillite, commente le Süddeutsche Zeitung . Qu'il s'agisse de la natalité, de l'égalité des sexes, de l'égalité des retraites, l'Allemagne n'atterrit pas par hasard en effet aux derniers rangs ces jours-ci, dans les études sociales qui la comparent avec les autres pays de l'OCDE. Elle est au troisième rang des pays de l'OCDO -derrière le Japon et la Corée- en ce qui concerne l'importance des différences de salaires entre les hommes et les femmes avec 22 %. Amère constat. Mais le plus sombre concerne l'égalité des retraites, là l'Allemagne est à la dernière place.
« L'Allemagne aime occuper le haut du podium, souligne le Frankfurter Rundschau(édition papier). Sur le plan de l'égalité des sexes pourtant l'OCDE lui délivre depuis des années de misérables bulletins de notes sans ce que cela provoque pour autant de vagues de protestations. Le cas des retraites est ce qu'il y a de pire en comparaison des autres pays membres. Les femmes ne perçoivent en moyenne en Allemagne que la moitié de la retraite moyenne perçue par les hommes. » Et elle ne sont aussi rares dans les postes de commandement de l'économie dans aucun autre pays de l'OCDE.
Mais la position de "lanterne rouge" n'a visiblement plus aucun effet d'alerte. Les causes de ces mauvais résultat sont connues depuis des années, les recommandation de l'OCDE aussi. Rien n'a changé pour autant au cours des dernières décennies. L'Allemagne détient le seul système social et fiscal dans lequel il ne vaut pas le coût de travailler à plein temps de concert pour les parents qui ont des enfants en age d'être scolarisés. Les familles qui le veulent malgré tout ne trouvent pas d'équipements permettant d'accueillir leurs enfants dans de bonnes conditions, financièrement abordables.
L'image modèle de la bonne mère qui reste à la maison pour élever ses enfants ou qui concilie les enfants et l'activité professionnelle n'existe ni à l'ouest ni à l'est de l'Allemagne selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung qui conteste ainsi l'analyse de l'étude sur le déclin de la natalité en Allemagne réalisée par le ministère de la famille. L'image négative de la "mère-corbeau", qui délaisse ses jeunes enfants pour aller travailler serait la cause fondamentale du faible taux de natalité, selon ses auteurs, à l'ouest de l'Allemagne en particulier.
Mais « les Allemands ne sont pas encore "dociles" au point de faire dépendre leurs décisions personnelles les plus importantes de l'iconographie de la "supermutti". » Les traditions et les milieux ont certes de l'importance mais ils ne relèvent absolument pas d'une fracture est-ouest, le modèle protestant de la "maison du pasteur", -conciliant la famille et l'office, ndr- est répandu partout. Et la pression de la société, en quelque sens que ce soit, n'est qu'une raison secondaire du faible taux de la natalité en Allemagne.
« Ce sont plutôt la formation, le besoin d'autonomie, l'émancipation- des femmes évidemment - qui en sont la cause. Les hommes affirment que le travail et la famille sont facile à concilier. Car leur contribution aux obligations de la vie familiale est généralement réduite. Les femmes par contre ont toujours énormément de mal à conjuguer leur carrière professionnelle et les enfants. L'état a certes réalisé quelques pas dans cette voie. » Il promotionne les femmes dans la fonction publique et subventionne le lien entre la famille et le travail. Mais il se heurte à des limites. Car il ne peut contraindre les entreprises à s'organiser selon ses préceptes, ce qui serait contraire à ses principes respectant leur libertés. Il ne peut pas non plus contraindre des femmes qui tiennent un poste de responsabilité exceptionnel à l'abandonner -pour des motifs privés. 
« C'est là que réside le fond du problème. Dans la culture des entreprises et la répartition des rôles dans la famille. Et l'état n'y peut guère. Mais on observe déjà un changement. Les activités très rémunérées mais qui imposent de pénibles contraintes de présence au travail sont rejetées par nombre de personnes très qualifiées. Même chez les hommes. Qui veut avoir de bon collaborateurs doit permettre une vie de famille agréable. L'état ne peut pas faire grand chose d'autre que de contribuer à ce changement de climat en rappelant à ses citoyens que le succès de la vie professionnelle n'est pas la seule composante du bonheur et que le "succès" a beaucoup à voir avec le plaisir personnel que l'on en retire.


Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/tb.php?id=1285

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire


la Une des Hebdos

04.02.2013
L'enfant soucis de l'Allemagne

les 200 milliards de budget de la politique familiale n'y font rien les naissances restent en panne

20.01.2013
Ce ne sont plus des nègres, les enfants!

Les livres doivent-ils être réécrits pour devenir politiquement corrects.

LIRE SUR MON BERLINBLOG

"IL Y A CINQUANTE ARRIVAIENT LES "GASTARBEITER"



L'industrie allemande avait besoin des travailleurs turcs ...lire la suite


"GRANDE NATION", "NAIN POLITIQUE", ÉTIQUETTES POUR COUPLE BANCAL



Face à la guerre en Lybie, La France est à l'initiative des frappes, L’Allemagne s'abstient ...lire la suite


NUCLÉAIRE,LA DIFFÉRENCE FRANCO-ALLEMANDE



Pourquoi les Allemands sont-ils si remontés contre le nucléaire, à la différence des Français, jusqu'à présent tout au moins? ...lire la suite


ARTE CÔTÉ ALLEMAGNE



Arte Allemagne a dû faire face dés ses débuts à une quarantaine de chaînes concurrentes, dont la chaîne culturelle 3SAT. Une autre histoire qu'en France ...lire la suite


LES FAUX COMPTES DE SARRAZIN




Une équipe d'universitaires accuse l'ancien dirigeant de la Bundesbank d'avoir manipulé données et statistiques, dans son livre « l'Allemagne se liquide elle même » ...lire la suite


UN RACISME ANTI-ALLEMAND?



Dans les collèges ou les jeunes d'origine turque ou arabe sont la majorité, les jeunes Allemands de souche seraient confrontés au choc des cultures et mis à l'écart, selon un documentaire qui a fait beaucoup de bruit: "lutte dans la salle de classe" . ...lire la suite


MODERATION SALARIALE ET SOCIÉTÉ À DEUX VITESSES



Lidl, la chaîne discount, propose un salaire minimum interprofessionnel contre le "dumping salarial", à l'autre bout de l'échelle les salaires ont progressé de 6,7% ces dernières années.... lire la suite


ANGELA MERKEL PRISE ENTRE DEUX FEUX



La chancelière fait face aux critiques des "orthodoxes" qui lui reprochent ses compromis à Bruxelles et à celle des réalistes qui jugent dommageables son profil de "madame no"..... lire la suite


LE NOUVEAU VISAGE DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE



Dieter Graumann, le nouveau président du conseil central en Allemagne n'est pas un rescapé de l'Holocauste, comme ses six prédécesseurs et 90% de la communauté aujourd'hui est originaire de l'ex-bloc de l'est... lire la suite


HAMBOURG, ÉCHEC À LA RÉFORME SCOLAIRE



Un référendum d'initiative populaire rejette le prolongement de la scolarité commune des enfants de deux ans. Une claque pour le gouvernement CDU/Verts... lire la suite


-HITLER
-JUIFS DE BERLIN
-TRAVAIL FORCÉ



Trois expositions berlinoises marquantes, pour un travail de mémoire jamais achevé
. ...lire la suite


10 ALLEMANDS PARLENT DE L'EUROPE ET DE L'EURO



S'il existe une nostalgie du Dmark, il n'existe pas de majorité nostalgique, et partisane d'un retour à la monnaie du miracle d'après guerre
... lire la suite


WINNENDEN, LE CHOC DURERA DES ANNÉES ENCORE



Neuf élèves, trois professeurs, sont tombés le 11 mars 2009 au collège Alberville à Winnenden sous les balles de Tim Kretschmer, 15 ans, qui se donnera la mort. Rien n'est plus comme avant
... lire la suite


LES MORTS DE DUISBOURG ONT TUÉ LA LOVE PARADE



Les 21 morts et les centaines de blessés victimes du tunnel de Duisbourg, ont donné le coup de grâce à Love Parade. Née il y a vingt ans à Berlin elle avait donné à l'Allemagne l'image de la jeunesse, de l'amour et de la musique
... lire la suite


BMW ESPÈRE SORTIR RENFORCÉ DE LA CRISE



l'usine de Münich est fermée pour cinq semaines, les salariés ne craignent pas les licenciements, leur emploi est garanti jusqu'en 2014
... lire la suite


DRESDE, FAILLITE DE QIMONDA



Dans la Silicon Valley saxonne, le fabricant de mémoire, n'a pas résisté à la crise.
... lire la suite


VW,L'AUTOMOBILE ALLEMANDE MISE EN QUESTION



"Notre pays vit en bonne partie de l'industrie automobile, résume le vice président du syndicat de la métallurgie de Wolfsburg, le fief de VW
... lire la suite


ASSE II: LE STOCKAGE DES DÉCHETS NUCLÉAIRES TOURNE AU DÉSASTRE



En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans l'Allemagne était à la pointe de la technique<
... lire la suite


MÉMOIRE: ANNE FRANK RETROUVE LES SIENS



« Salut et bises à tout le monde », le livre qu'est venu présenter à Berlin début décembre le cousin d'Anne Frank, Buddy Elias, a été écrit après la découverte de milliers de lettres et photos entassés dans les greniers de la maison familiale des Frank
... lire la suite


UN AN APRÈS L'INTERDICTION, BERLIN FUME TOUJOURS



on ne grille certes plus la cigarette dans les bureaux et établissements publics, mais dans certains cafés restaurants la fumée a encore ses droits
... lire la suite