Pendant qu’Olaf Scholz se rendait à Kiew, l’ex chancelier Schröder s’insurgeait contre la suppression des avantages dus à son statut, bureau et collaborateurs, pour un montant de 400000 euros, par la commission parlementaire du Bundestag responsable du budget. 
L’ex chancelier garde quand même quelques privilèges, dont sa retraite.
Officiellement la sanction tient à ce que Schröder ne prend plus aucune charge en tant qu’ancien chancelier. En fait la commission parlementaire, sous la houlette d’Helge Braun (CDU) fait payer à l’ex chancelier son amitié avec Wladimir Poutine, sa reconversion en tant que lobbyiste de Gazprom’ et des gazoducs Northstream, ses responsabilités au sein des conseils d’administration du géant gazier, bras économique de la Russie qui apris l’Allemagne en otage... Gazprom’ réduit actuellement ses livraisons de gaz à l’Allemagne. 
Schröder a mis quelques temps avant d’abandonner la défense de son ami Poutine face à l’invasion de l’armée russe en Ukraine. 
Il a mandaté son avocat pour récupérer les privilèges qui viennent de lui être supprimés. 
Le président de la commission parlementaire a rejeté toute négociation avec Schröder. Resta au gouvernement Scholz à valider sa décision...ce qui risque de faire tout de même quelques remous au sein du SPD ou Schröder garde quelques fidèles.