Parce qu'il était probablement accro aux jeux, un pilier de la police berlinoise est soupçonné d'avoir détourné 200000 euros du budget de son service à son bénéfice. Le pire est qu'il était à la tête du bureau aux effectifs restreints, chargé de planquer les témoins menacés, les indicateurs ou les agents infiltrés dans des appartements ou domiciles aux adresses d'emprunts.

Toutes personnes nécessitant la plus grande discrétion.

police.png
Berlin police office national de la police criminelle  juin 2022

Or le policier et ses quatre ou cinq collègues travaille en étroite collaboration avec le commissariat spécial responsable des V.Leute, les « personnes de confiance » en langage administratif qui sont « en réalité des criminels qui renseignent la police moyennant, rémunération, souligne le quotidien berlinois "Berliner Zeitung ».  Le policier corrompu pourrait donc être détenteur de listes des témoins sous protection, des personnes protégées, de leur adresse de l'identité réelle des indicateurs qui travaillent dans les seize Länder  pour la police, fédérale. 

Leur sécurité est elle en danger en raison de la « trahison » du policier, récemment couronné par ses pairs pour ses quarante ans de service. La police ne veut pas répondre à cette question. Impossible de savoir également si ses supérieurs étaient au courant de son addiction aux jeux et si une aide lui avait été proposée.
Le parquet avait déjà ouvert une enquête sur le policier incriminé, depuis 2021, révèle le quotidien berlinois Tagesspiegel.  L'homme est accusé de trahison. « L'affaire est particulièrement sensible pour la police berlinoise, c'est la raison sans doute pour laquelle celle-ci ne l'avait pas rendu publique », avant l'enquête exclusive du quotidien, qui vient d'être publiée.

L'affaire démontre en effet les graves insuffisances des procédures de contrôle au sein de la police berlinois, jusqu'à la suspension du suspect, au moins. D'autant que plusieurs agents du commissariat responsable des V. Leute avaient informé leur supérieur d'irrégularités financières du bureau de la logistique dirigé par le policier suspecté aujourd'hui. Sans conséquence. « On sait tout les uns sur les autres dans ces petits services. Tu dois faire encore plus confiance à tes collègues qu'à ta femme », commente un enquêteur interrogé par le Berliner Zeitung. Quand ça va mal, ça peu coûter la vie de collègues ».

Un policier a été arrêté et condamné en 2018 pour avoir transmis des informations policières à des trafiquants de drogue.