Elle cite en exemple le Musée Jacques Chirac - ex-musée des Arts et Civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amérique.

Elle y a particulièrement apprécié, accompagnée de la ministre française Roselyne Bachelot, sa politique à l’égard des œuvres d’art dérobées du temps des colonies et le retour couronné de succès de 26 œuvres d’art à la Namibie. 

C’est une question d’avenir pour la ministre de la culture allemande. Le retour au Bénin des œuvres d’art dérobées par l’Allemagne fait débat aujourd’hui dans son propre pays. L’exposition « Benin œuvre d’art volées » vient de s’ouvrir à Hambourg. Elle inaugure un dernier adieu à ces 179 œuvres béninoises que le musée expose intégralement pour la première fois. Elles seront ensuite rendues à leur pays d’origine.

Berlin Bronze à Hambourg.jpg
Bronze du Bénin (Hambourg)

Claudia Roth veut en faire un exemple en ce qui concerne le sort des1100 pièces en bronze volées notamment au palais des rois du Bénin et dispersées dans vingt musées allemands, à Berlin pour l’essentiel.

La France et l’Allemagne veulent renforcer selon elle leur coopération en ce qui concerne « l’héritage colonial » à « l’heure d’une véritable décolonisation des pensées, que les musées européens doivent être les premiers à mettre en œuvre ». Qu’il s’agisse de la politique de formation africano-européenne des animateurs des musées comme de la politique de la mémoire.

Une reconnaissance d'autant plus significative pour Berlin. L'histoire coloniale de l'Allemagne y reste encore en effet trop souvent ignorée, dissimulée.