Bruno le Maire, député Ump de l'Eure explique dans une vidéo du Figaro au lendemain du G20, et à propos de la réponse à l'usage des gaz chimiques par Damas: "nous sommes en train de vivre la relégation politique de la France". C'est maintenant la chancelière allemande, Angela Merkel, qui impose ses vues à la diplomatie européenne, selon lui, la France est isolée comme jamais.
Bref, l'Allemagne, toujours l'Allemagne...
Dans la presse allemande par contre on voyait les choses différemment. "La division s'est étalée noir sur blanc peu après le G20, explique le Süddeutsche Zeitung.merkelsyrieG20.jpg"La signature de la chancelière manque dans la déclaration publiée par la maison-blanche à propos de la crise syrienne, paraphée par les Usa, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, l'Espagne, la Turquie, le Japon, qui rend le régime syrien d'être responsable de l'usage des armes chimiques et souligne qu'une réponse appropriée doit interdire qu'un tel acte criminel ne se reproduise".
L'Allemagne justifiait alors vendredi 6 septembre l'absence de sa signature en expliquant attendre une position commune de l'Union européenne...En attendant, quatre des cinq pays principaux pays de l'Union avaient signé la déclaration publiée par la maison-blanche au lendemain du G20...
On se demande comment Bruno le Maire en déduit que le seul pays non signataire est celui qui impose ses vues... Et l'Allemagne a finalement paraphé aujourd'hui samedi 7, la déclaration déjà signée par la France, après la réunion des ministres des affaires étrangères de l'Union. "Merkel soutient finalement Obama..." titre le le quotidien populaire Bild. Bruno le Maire doit revoir ses comptes, ou ses contes....