C'est un coup de tonnerre dans le paysage scolaire allemand! Non seulement les élèves sont meilleurs en maths et en sciences à l'est, dans les Länder de l'ex RDA, mais en plus ils battent même la Bavière, selon le dernier classement réalisé pour la conférence des ministres de l'éducation des 16 Länder. La Bavière se retrouve quatrième en Maths derrière la Saxe, la Thuringe, le Mecklembourg-Vorpommern, sixième en physique chimie et huitième en biologie.
ecolemath.jpgOr les écoliers bavarois sont depuis des lustres régulièrement en tête des classements scolaires par  Land, en Allemagne, ou des études de l'OCDE  (Pisa).  La CSU (Union sociale chrétienne) qui gouverne l"état libre bavarois" (Freie Staat Bayern) depuis  l'après guerre en a fait une de ses marques de fabrique. Tout est mieux en Bavière, des finances publiques à l'emploi en passant par l'école et les écoliers. Les ministres-présidents du Land ne ratent jamais une occasion d'expliquer -avec une arrogance certaine- que cela tient entre autres au sérieux de leur système scolaire, basé sur une sélection plus stricte que dans les autres Länder, en ce qui concerne l'accès aux trois types d'établissements que fréquentent les élèves selon leur niveau après l'école primaire (Grundschule): l'Hauptschule pour les plus faibles, le collège (Realschule) pour les "moyens", le Lycée (Gymnasium) pour l'élite admise à préparer l'Abitur (le baccalauréat, la maîtrise) qui ouvre les portes des facultés.
Mais la Bavière se serait endormie sur ses lauriers et s'accrocherait trop justement à ce modèle aujourd'hui dépassé selon Manfred Prenzel, chargé de recherche sur l'éducation à la faculté de Münich, cité par le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung.
Cette concentration sur la sélection de l'élite scolaire ne serait pas seulement contraire à l'égalité des chances dans l'enseignement, elle ignorerait également le potentiel des écoliers aujourd'hui, selon le SZ. Tandis qu'en Saxe et en Thuringe 40% d'une classe d'âge accède au lycée qui prépare le bac, cette proportion reste limitée à 30% en Bavière. Or ces 40% atteignent également de bons niveaux en maths et en sciences, comme le montre la dernière étude.
La Bavière reste sans doute le défenseur le plus intransigeant de cette école de la sélection, mise en cause aujourd'hui dans nombre de Länder. La CDU (Union démocrate chrétienne) d'Angela Merkel -absente en Bavière- a même fini par accepter d'abandonner la référence traditionnelle au "Dreigliedriges Schulsystem" (système scolaire à trois niveaux), qui faisait partie des traditions de la démocratie chrétienne. Notamment parce qu'il devient  impossible  de maintenir trois établissements dans nombre de communes, alors que le nombre d'écoliers est en réduction constante en raison de la chute de la natalité marquante en Allemagne depuis les années soixante-dix.
Mais voir la Bavière dépassée par les Länder de l'est est par ailleurs cocasse...il est difficile de trouver plus sévère critiques de l'ex-Allemagne de l'est et de son  "école de l'uniformisation"  qu'à la CSU. Seule consolation pour le parti de Horst Seehofer, la Saxe, première en math, est gouvernée par la CDU et les libéraux.
Mais la Thuringe, seconde, est dirigée par une grande coalition CDU/SPD et le ministre de l'éducation du Land est un social démocrate (Christoph Matschie). Et surtout, horreur, le Brandenbourg qui coiffe la Bavière à la place trois en maths est gouvernée par une coalition rouge-rouge, SPD-die Linke, le pire qui puisse être pour Seehofer!
Le nouveau classement donne de nouveaux arguments aux nostalgiques du système scolaire de l'ex-Allemagne de l'est. "Nombre d'anciens citoyens de l'ex-RDA ont toujours estimé que l'école à l'est surpassait celle de l'ouest en mathématique et en sciences. La comparaison des Länder sur ces matières respectives le démontre: c'est vrai. Les écoliers est-allemands en neuvième classe (13-14 ans)sont largement en avance sur ceux de l'ouest, seuls ceux de Bavière et du Rheinland-Pfalz peuvent tenir la comparaison, commente le Tagesspiegel berlinois. Cela vingt ans après la chute du mur.
Un commentaire mis en cause par certains lecteurs qui en restent à l'argument massue, classique,  selon lequel c'est le pourcentage des écoliers dont les familles sont d'origine étrangère (Turquie, ex-yougoslavie), qui explique purement et simplement les surprises du nouveau classement. Ils sont le moins nombreux à l'est-
Une "explication" que rejette le Frankfurter Allgemeine Zeitung. "Si c'était vrai, les Länder de l'ouest qui ont une faible population d'origine étrangère tel que le Schleswig-Holstein devraient aussi avoir de meilleur résultats."
Le succès des écoliers de l'est en maths et en science tient avant tout "à la solide formation de leurs profs de maths et sciences, acquise à l'époque de l'ex-RDA. L'âge moyen des enseignants dans ces matières aujourd'hui est de 50 ans, note le quotidien libéral de Francfort. Un avantage dont n'ont pas bénéficié pas les profs à l'ouest