46,2% des enfants jusqu'a trois ans  fréquentaient une structure d'accueil, jardin d'enfant ou crèche, en 2014, selon le "Berliner Morgenpost". Il s'agit bien d'une progression continue qui tient à une politique volontariste de création de nouvelles "Kitas" et au droit à une place dans un jardin d’enfant dés l’age de un an, mis en vigueur depuis deux ans.

Kindergruppe mit Blumen und Luftballons
Kindergruppe mit Blumen und Luftballons, août 2015

Scolariser les enfants avant six ans -l’âge obligatoire- et surtout avant trois ans est encore un tabou à l'ouest de l'Allemagne. Les mères qui reprennent le travail un an après la naissance de leurs enfants ont la mauvaise réputation d'être des "mères corbeaux", qui abandonnent leurs enfants à la collectivité pour aller gagner l'argent du ménage -statut qui revient normalement au père.

"Nous devions être convaincus que notre enfant se sentirait bien, sinon nous ne l'aurions pas scolarisé si tôt" explique la mère d'un enfant de deux ans qui a rejoint la Kita a un an, son père, universitaire, ayant épuisé son congé paternité. "En jouant les uns avec les autres les enfants apprennent plus que ce que leur père ou leur mère peut leur transmettre à la maison", commente le père d'un enfant dont les deux parents sont actifs professionnellement, et avaient décidé par conséquent de "scolariser" leur enfant après un an.

Dans l’ex Berlin-est au contraire, la scolarisation des enfants en bas age est très élevée, 83,6% à Pankow, et 81,3% à Treptow-Köpenick. Une différence qui nous rappelle que la possibilité pour les femmes d'allier le travail et la maternité était un acquis dans l'ex RDA. Berlin compte mettre en service 10000 places de crèches-jardins d'enfants supplémentaires plus dans les années à venir.

Un effort d'autant plus justifié que la prime au fourneau comme on avait baptisé l'allocation versée au mère élevant leurs enfants à domicile va être abrogée après jugement du tribunal constitutionnel. Le manque d'équipement collectif pour l’accueil des enfants en bas age et le tabou de la scolarisation précoce figurent parmi les causes profondes de la contraction des naissances en Allemagne depuis des lustres. Faute pour les femmes de pouvoir concilier le travail et la maternité.