Question TVA dabord il faudrait supprimer la taxe « Mövenpick » comme on la nomme, en référence à la chaine hotelière. La taxe pour les hôteks a été réduite à 7 % en 2010. Un cadeau du parti libéral FDP à l'un de ses sponsors, lorsqu'il gouvernait l'Allemagne avec la CDU d'Angela Merkel.

La discrimination entre les riches et les pauvres serait également épinglée vraisemblablement par la Troïka. « Les contributions sociales étant plafonnées les Allemands privilégiés sont « taxés », au dessous de la moyenne de l'OCDE. » Les contributions pour les pauvres et la classe moyenne sont par contre sensiblement plus élevées que dans la moyenne des pays industrialisés. Sous la pression de la Troïka les charges sociales, le coût du travail, devraient être réduites, et les taxes immobilières seraient augmentées par contre.

La compétitivité devrait être renforcées sur le marché des produits pharmaceutiques. La Troïka a libéralisé en Grèce la vente des médicaments sans ordonnance, les chaînes pharmaceutiques ont été autorisées.  « Autant de réformes repoussées en Allemagne par les pharmaciens ».

Les corporations protégées seraient également dans le viseur. L'obtention de la maîtrise est un obstacle au libre accès aux professions du bâtiment et d'autres branches. « Les chambres d'artisans se défendraient en assurant que le titre de « Maître » garantit la qualité du travail. La presse étrangère se gausseraient de leur côté des Allemands qui défendent une organisation des métiers qui date du moyen-âge. »

Meisterzwang.jpg
Meisterzwang.jpg, août 2015

En ce qui concerne les privatisations, l'Allemagne a déjà procédé à celles de la poste et des télécommunications à l'inverse de la Grèce. Mais l'état allemand possède toujours une part substantielle du capital. La Troïka insisterait pour qu'il la vende et « pourrait s'appuyer sur le jugement du président de la cour des comptes en Allemagne, selon qui téléphoner ne fait pas partie des attributions de l'état. »

La vente de 14 aéroports régionaux grecs à la société allemande Fraport qui administre l'aéroport de Francfort a finalement été acceptée avec une forte réticence par le gouvernement Tsipras. « Mais l'opinion internationale apprendrait avec surprise qu'en Allemagne les ministres présidents des Länder se sont offerts une douzaine d'aéroport régionaux non rentables avec les impôts des contribuables ». Tel que celui de Kasse-Calden, qui recense 0,86 vols par jour et a été construit en Hesse sous la présidence de Roland Koch. L'Allemagne serait contrainte de fermer ces aéroports sous la pression des créditeurs.

En ce qui concerne les retraites on verrait certainement des masses en colère protester contre les exigences de la Troïka à Berlin telles que la suppression de l'accès privilégié à la retraite pour les mères, et la retraite à 63 ans. "Elle imposerait également la réduction stricte des retraites des fonctionnaires au même niveau que celle des agents de l'état".

Et si la Troïka enfin voulait imposer l'ouverture des magasins le dimanche comme en Grèce cela pourrait déclencher une révolution. « Un cortège emmené par nombre d'évêques allemands irait exiger le départ des « nouveaux occupants » devant l'hôtel ou la Troïka aurait élu domicile. Les banderoles reproduiraient les portrait des chefs du FMI, de l'UE et de la BCE. On éviterait seulement la croix gammée souvent affichée sur les panneaux grecs, pour des raisons qui tiennent à l'histoire. »