L'affaire avait fait fait scandale en février 2014, après les révélations de Spiegel on line .Schwarzer.JPG

Alice Schwarzer, figure de référence du féminisme dans les talk-show et les débats avait jusqu'alors le bénéfice de la "morale". Selon de nouvelles révélations publiées notamment par Spiegel on line (bis!), elle aurait omis une part des fonds déposés sur ses comptes en Suisse lors de sa démarche d"auto-dénonciation" aux services fiscaux, afin de se mettre en règle. Des perquisitions auraient eu lieu à son domicile et si ces faits sont confimés, Schwarzer perdrait tout le bénéfice de sa première reconnaissance de fraude fiscale et serait imposées beaucoup plus sévèrement.

Alice Schwarzer s'insurge à nouveau contre les divulgations de la presse alors que le secret de l'instruction fait normalement la loi. Ralf Segner vice-président du SPD cité par le quotidien berlinois Tagesspiegel rétorque que la présomption d'innocence et le droit à une justice sereine vaut bien sur également pour les personnalités de la scène médiatique. Mais Schwarzer elle même "a placé la barre très haut à son propre égard en usant de son personnage moral pour faire le procès y compris de la délinquance fiscale chez les autres."