Leurs effectifs pourraient dépasser les 7000 dés le fin de l'année. Nombre d'entre eux sont attirés par le dit « état islamique ». salafi.jpg

Le « Salafisme » leur donne un guide de références simple, c'est blanc ou noir » explique Maaßen dans die Zeit on line. Il leur donne le sentiment de rejoindre une avant-garde, d'être craint alors qu'on était ignoré. Il répond pour les jeunes à la question des 4 M, männlich (virilité), muslimisch (musulman), Migrationshintergrund (origine immigrée), Misserfolg (échec) pendant la puberté, à l'école ou au sein d'un groupe social. Le nombre de jeunes femmes qui rejoignent le dit « état islamique » est en croissance également, et représente environ 10 % de ceux qui rejoignent la Syrie. Les jeunes femmes qui font le voyage sont attirées par la vie qu'elles pensent mener là-bas -une attirance qui n'existait pas il y a quelques années, au Pakistan ou en Afghanistan. Elles ont souvent une image romantique du Djihad et du mariage avec un jeune Moudjahidin. Une vision acquise sur Internet ou dans les communautés de jeunes qu'elles fréquentent en Allemagne. En Syrie et en Irak nous découvrons de plus en plus de gens que nous n'avions pas repérés en Allemagne et qui nous sont indiqués par le BND (services de renseignements) ou des agences de renseignement étrangères s'inquiète Maaßen. Les services de la Verfassungschutz recensent 450 allemand(e)s qui ont rejoint l « IS » ou un autre groupe « djihadiste ».