"C'est déjà dur pour nombre d'Allemands en Allemagne de parler un Allemand compréhensible, nous ne devrions pas en demander plus aux autres qu'à nous même", a répliqué Gregor Gyzi (die Linke) à la CSU. Pour ma part je vais simplement continuer à parler berlinois. Grüß Gott "...a-t-il conclu utilisant la référence à Dieu avec laquelle les bavarois remplacent le «au revoir» en Allemand.

« Sum Gülük mein Mutta haben sprechen imma, imma doiç mit mich suhause» résumait pour sa part avec humour la journaliste Özlem Topçu, de la rédaction de die Zeit. En gros « heureusement ma mère parlait toujours allemand avec moi à la maison » en turco-allemand.

Mais le débat lancé par le parti démocrate chrétien établi dans la seule Bavière, ou la CDU d'Angela Merkel est absente, traverse également l'Union chrétienne. « J'estime que la politique n'a pas à se mêler de savoir si l'on parle latin, Klingonisch (la langue de Star Trek) ou Hessisch -idiome de la Hesse- à la maison », a dit le secrétaire général de la CDU, Peter Tauber.

La connaissance de la langue est décisive pour l'intégration, lui a répliqué dans Bild am Sonntag son collègue Wolfgang Bosbach, connu pour ses positions conservatrices, c'est pourquoi : « il est important de parler allemand avec les enfants également à la maison... »

La député de Thuringe, Katharina König (die Linke) n'a pas raté l'occasion de répondre que : « pour vérifier cela il faudrait un espion dans chaque foyer... ». Bref, reconstituer en quelque sorte la Stasi.

YallaCsu.JPG« Chère CSU, ma femme parle Italien à la maison avec les enfants ! Ne faudrait-il pas nous supprimer les allocations familiales ? » s'interroge pour sa part un contradicteur sur le net ou le hashtag #YallaCsu a fait fortune -de Yalla « allez, c'est bon, dépêche» en arabe

Après ce déluge de critique, Gerda Hasselfeld, cheffe du groupe parlementaire de la CSU, défendait toujours la résolution sur l'Allemand à la maison, proposée pour adoption au congrès du parti tout en reconnaissant que les « réactions montraient qu'elle pouvait être mal comprise ».

La direction de la CSU devrait se pencher à nouveau sur la question. D'autant que même des bavarois s'insurgent qu'une telle proposition ait été faite par leur parti qui défend ardemment la culture « régionale »

 


lire en allemand: article dans le Süddeutsche Zeitung.