Les juges du tribunal qui fait référence en Allemagne estiment que les professeurs ont droit au respect de leurs convictions religieuses même dans une école publique. Le tribunal a donc jugé que l'interdiction du voile en général érigée dans le Land de Rhénanie du nord Westphalie (NRW) est contraire à la constitution, qui instaure la liberté de pratiquer la religion de son choix. Le tribunal constitutionnel avait donné latitude en 2003 aux Länder de légiférer sur l'interdiction du voile pour les professeurs. En même temps que le Land de NRW -gouverné aujourd'hui par une majorité SPD/Verts- interdisait le port du voile pour les enseignantes à l'école, il tolérait l'affichage de symboles de la religion chrétienne.

Le tribunal de Karlsruhe a ainsi donné raison aux deux professeurs qui avaient porté plainte contre l'interdiction du voile en NRW en 2010.

L'interdiction du voile ne peut être justifié dans une école, estime Karlsruhe, que si un conflit religieux concret met en danger la paix scolaire ou la neutralité de l'état.

Buschkowsky.jpg

Heinz Bucholsky, estime que le jugement du tribunal est "le plus mauvais signal » qui soit donné en ce qui concerne la politique d'intégration". Partisan d'un intégration stricte, l'ex-maire de Neuköln pendant 14 ans, est connu pour ses « coups de gueule » contre l'islam politique et le "Multikulti" rapporte le quotidien berlinois Tagesspiegel . Ses adversaires lui reprochent au contraire d'exacerber les conflits plutôt que de faciliter la coexistence des communautés. Neukölln est un quartier de Berlin ou la population originaire de l'immigration turque notamment est très dense.

Ceux qui se réjouissent du jugement de Karlsruhe n'ont aucune idée de la situation qui existe dans les quartiers tels que Neukölln, Mannheim, Duisburg, Dortmund,Hamburg-Vedel, assure-t-il. « La pression sociale va encore s'accroître sur les musulmans libéraux et laïques avec cette sentence. Il ne restera plus pour beaucoup qu'une alternative, déménager ou s'y conformer ».

Le signal indirect qu'il transmis par les juges est celui-ci selon Buschkowsky : « la femme doit obéir, elle doit être pure et dévote et elle est la propriété de son mari. » Et le message direct est : « la grand-mère porte le voile, la tante porte le voile, la mère porte le voile et la maîtresse d'école aussi. »

La décision des juges de Karlsruhe consiste selon lui, à « se mettre à genoux devant ceux qui parcourent le pays avec leurs haut-parleurs et se plaignent sans cesse d'être réprimés et dévalorisés ».

 

A lire également sur mon Blog: Retour sur Neuköln, les artères du Multikulti, reportage écrit en sept 2012