« Alors a-t-on reconstitué sérieusement la direction d'où provenaient les armes chimiques » - des rebelles ou du régime de Damas, ndr- demande une femme allongée sur un sofa à un homme lisant le journal, une bouteille de bière à côté du fauteuil ou il est assis. « Oui, d'Allemagne, répond-il imperturbable. »

La caricature du jour du Tagesspiegel berlinois fait référence aux produits chimiques "dual" -tels que le fluor-, pouvant être utilisés pour le dentifrice comme pour les gaz de combat, vendus à la Syrie entre 2002 et 2006 -durant le gouvernement de l'ex chancelier Schröder, et la grande coalition SPD-CDU d'Angela Merkel. Un commerce qui ruine les bonnes réputations. "L'Allemagne ignore régulièrement ses propres critères de prudence pour exporter des armes lourdes dans les régions en crise. Mais le gouvernement pratique l'attentisme, quand un vote clair du gouvernement fédéral contre l'usage de la violence par des dictatures est à l'ordre du jour, voir la Lybie, ou la Syrie. Qui place ses chances à l'exportation au dessus de la morale, ruine sa propre réputation."