"Trahison des électeurs, la CDU sous le feu de la critique" titre le Tagesspiegel en une de son édition du 27 septembre.  Plusieurs responsables du parti démocrate-chrétien, dont Wolfgang Schäuble, le ministre des finances ont évoqué l'éventualité d'une hausse des impôts, pour constituer une coalition avec le  SPD ou les Verts. Les deux partis ont en effet milité pendant leur campagne pour une hausse de la tranche supérieure des impôts entre autre, estimant que l'Allemagne avait besoin de financer l'éducation, la rénovation de ses infrastructures, entre autres. "Nous rejetons toute hausse des impôts, répondait alors les démocrates-chrétiens et la chancelière en particulier, lors de son face à face télévisé avec Peer Steinbrück, le candidat social-démocrate à la chancellerie.
La direction de la CDU a démenti aussitôt les déclarations et informations selon lesquelles elle envisageait maintenant de revenir sur la parole donnée. Mais "Le bazar est ouvert" pour la grande coalition, commente le quotidien berlinois. L'évocation de la hausse des impôts provenant des rangs de la CDU, montre avec quelle monnaie on est capable de payer le SPD pour l'attirer. Une grande coalition devrait au contraire avoir des projets ambitieux, une vision. La réforme de l'assistance aux personnes dépendantes, qui mette le respect de l'être humain au premier plan, par exemple selon le Tagesspeigel. La réforme de l'assurance maladie privée et publique, une retraite garantie face à la décroissance démographique, ou une réforme des impôts digne de ce nom qui simplifie le système actuel, le rende plus juste et transparent.