la CSU bavaroise et le gouvernement de "l'état libre de Bavières", ne revendiquent plus la barrière chiffrée à l'immigration définissant strictement le nombre d'immigrés accepté par l'Allemagne annuellement. Une revendication qui a fait les beaux jours des polémiques du leader bavarois Horst Seehofer contre le laxisme de la politique d'immigration de la chancelière. Seehofer avançait le chiffre de 200 000 par an maximum. Angela Merkel a toujours refusé au contraire de chiffrer le nombre de migrants admissibles, voir mon billet à ce propos . Avec 222.264 nouveaux arrivants au cours du premier semestre de l'année, ce chiffre est déjà dépassé. Mais le nombre restreint de nouveaux migrants inscrits au cours des deux derniers mois laisse espérer que "la barrière est devenu inutile", selon le vice-président de la CSU Christian Schmidt. Un constat qui date il est vrai d'avant le putsch manqué en Turquie...