Annalena Baerbock, la nouvelle ministre des affaires étrangères allemande a inauguré à Paris ses visites officielles, dés sa prise de fonction mercredi 8 décembre.

Elle a d’emblée réaffirmé les divergence de son pays avec la France en ce qui concerne le nucléaire, que Paris voudrait faire prendre en compte comme une énergie « verte », souligne Spiegel on line .

Paris aux côtés de la Pologne défend avec acharnement ce point de vue à Bruxelles. « Que nous ayons des positions différentes sur la question nucléaire, c’est bien connu » a confirmé Baerbock au sortir de son entretien avec le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Elle n’en a pas moins réaffirmé l’importance exceptionnelle de la relation franco-allemande pour l’avenir de l’Union européenne.

"Une Europe forte a besoin d’une forte impulsion franco-allemande. Elle serait affaiblie si l’Allemagne ne s’investissait pas dans la relation entre Paris et Berlin."

Annalena_Baerbock.jpg
Annalena Baerbock déc. 2021

Baerbock s’est efforcé de convaincre du partenariat étroit et intensif de Berlin avec Paris, tutoyant son homologue français et le remerciant de son accueil réellement chaleureux et amical ». « Que peut-il y avoir de mieux pour une ministre des affaires étrangères qu’être à Paris dés le premier matin de son mandat » a-t-elle souligné, (...)« L’Europe est le pivot de la politique étrangère allemande ».

En perspective de la présidence française du conseil européen début 2022 Baerbock a souligné que la conférence sur l’avenir de l’Europe initiée par Paris serait un jalon important pour l’UE.

Après Annalena Baerbock, c’est le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz qui effectuera sa première visite officielle vendredi 10 décembre à Paris.

Le président de la République française peut espérer de son nouvel interlocuteur berlinois un appui affiché à la différence d’Angela Merkel en ce qui concerne son projet d’une Europe renforcée. On a même reproché à l’ex-chancelière en Allemagne son attentisme, pour ne pas dire plus à ce propos. Mais en ce qui concerne le nucléaire ce sera toujours non.